Ultimate magazine theme for WordPress.

Lamine Diack…un monument qui a résisté « seul » face à son destin

2

L’athlétisme international a perdu son Lamine Diack. Rappelé à Dieu hier, il repose désormais au cimetière musulmans de Yoff. Ce grand nom du sport sénégalais n’a pas eu une fin facile. Malgré le carrière qu’il a fait à l’IAAF, il a été embarqué dans des déboires judiciaires qui lui ont fait raté une retraite bien méritée.

En effet, Lamine Diack avait, en septembre 2020, été condamné par la justice française à quatre ans de prison, dont deux ferme, et 500.000 euros d’amende pour corruption et abus de confiance.

Il avait fait appel de cette condamnation et la date d’un nouveau procès restait à fixer. Il avait été condamné le 16 septembre 2020 à Paris, notamment pour avoir caché des cas de dopage en Russie ou retardé des sanctions contre des athlètes russes dopés en échange de financements et pour favoriser des négociations de sponsoring et de diffusion avec la Russie.

Malgré son âge avancé, il a tenu bon jusqu’à la fin de cette mésaventure. Heureusement le club qu’il avait fondé était là pour lui porter assistance. Avec l’engagement du Jaraaf, la caution de Diack-père a été payé, permettant ainsi à ce monument un repos éternel dans la terre de ses ancêtres. Au moment où des bonnes volontés s’engageaient à le sortir d’affaires, l’Etat du Sénégal a tout bonnement abandonné un de ses dignes fils.

Et le gouvernement est même allé jusqu’à démentir son engagement dans le paiement de la caution de Lamine Diack. « Le Sénégal dément l’information qui a été donnée selon laquelle le gouvernement a versé de l’argent à M. Lamine Diack. C’est une information non-fondée, incorrecte et démentie », a déclarait le porte-parole du gouvernement, Oumar Gueye.

Mais les voies du Seigneur sont impénétrables. Avec l’aide de son entourage, cet ancien athlète a fait son dernier saut au Sénégal.

Aliou Ngom

 

Afficher les commentaires (2)