Ultimate magazine theme for WordPress.

L’ancien pape Benoît XVI est mort à l’âge de 95 ans

L'ancien Pape Benoît XVI très affaibli
0

L’ancien Pape, Joseph Ratzinger est décédé au Vatican à 95 ans ce samedi 31 décembre a annoncé le Vatican. Il décède près de neuf ans après avoir renoncé à sa charge, une décision rare. Son pontificat devait être celui de la transition, il avait été marqué par les polémiques.

La mort d’un pape émérite et théologien

pape
Le pape Benoît XVI est escorté en fauteuil roulant après avoir voyagé du Vatican vers son Allemagne natale aujourd’hui

Sa Sainteté Benoît XVI, pontife romain émérite depuis sa renonciation au siège de Saint-Pierre en février 2013, s’est éteint paisiblement ce samedi 31 décembre à l’âge de 95 ans, dans le monastère Mater Ecclesiae réservé aux anciens religieux du Vatican où il se consacrait à la prière et à la méditation. Joseph Ratzinger était le 265e pape de l’Église catholique, le huitième originaire d’Allemagne.

L’histoire retiendra d’abord qu’il a été le premier souverain pontife depuis Grégoire XII en 1415 à démissionner. Dans un entretien accordé au quotidien italien La Repubblica en 2016, Benoît XVI avait confié que c’est un voyage au Mexique qui l’avait amené à cette décision. « J’ai expérimenté les limites de ma résistance physique », avait-il détaillé avec humilité.

Quelques semaines plus tard, il devait se rendre aux Journées mondiales de la jeunesse au Brésil. « Il était devenu clair que je ne pouvais pas prendre part aux JMJ. Alors, dans un temps relativement bref, j’ai dû décider de la date de ma retraite ». « Pour le bien de l’Église », avait-il dit lors de sa dernière audience générale.

Une ligne très conservatrice

À 86 ans, Benoît XVI avait ainsi mis fin à huit ans de pontificat, laissant le trône à Jorge Mario Bergoglio qui lui succédera deux semaines plus tard sous le nom de François. Si les deux papes encore en vie entretenaient une relation « paternelle et fraternelle », leur style était pourtant très opposé. Leur vision de l’Église aussi.

Joseph Ratzinger a défendu, lui, une ligne très conservatrice, notamment sur des sujets majeurs de société comme l’avortement, l’homosexualité ou l’euthanasie. En 1986 déjà, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, rôle de gardien du temple que lui avait confié Jean-Paul II en 1981, il fut à l’origine de la condamnation ferme, par le Vatican, du mariage homosexuel. En 2004, il s’était aussi opposé au « féminisme radical », estimant qu’il sapait les valeurs familiales.

Un rôle primordial lors du Concile de Vatican II

Lors du Concile de Vatican II (1962-65) où il joua un rôle primordial malgré son jeune âge, Joseph Ratzinger était pourtant apparu comme un brillant théologien plutôt libéral, artisan d’une profonde rénovation de la Curie romaine. Mais on dit que les événements de 1968, contestation sociale partie de France pour irriguer l’Europe, l’ont poussé vers ces thèses plus conservatrices, afin de défendre les valeurs catholiques.

Ordonné prêtre en 1951 après une jeunesse marquée par la guerre et son opposition au nazisme, diplômé docteur en théologie en 1953 ce qui lui permettra d’enseigner à l’université pendant deux décennies, il est consacré évêque de Munich en mars 1977, puis cardinal trois mois plus tard par Paul VI. Lors du premier conclave de 1978, il se rapproche de Karol Wojtyla, qui deviendra le pape Jean-Paul II deux mois plus tard. Le début d’une amitié profonde et d’une collaboration qui durera jusqu’au décès du Saint Père. En 2002, celui-ci avait d’ailleurs approuvé son élection de doyen du Collège des cardinaux.

pape
Le Pape Benoît et son frère

Quatre tours de conclave

C’est donc sans surprise que Joseph Ratzinger est désigné par ses pairs pour lui succéder le 19 avril 2005, au cours d’un conclave très court. Quatre tours d’élection auront suffi pour départager le cardinal allemand et… l’Argentin Jorge-Mario Bergoglio, représentant d’une ligne plus réformatrice.

Après un pontificat de 26 ans, le troisième plus long de l’Histoire derrière ceux de saint Pierre et Pie IX, les cardinaux laissent l’impression d’avoir choisi un pape de tradition et surtout de transition, afin de permettre à l’Église d’absorber l’héritage de Jean-Paul II. L’âge du nouveau pontife, 78 ans, comme Clément XII en 1730, semble traduire cette orientation.

Retour aux sources

Dès son élection, le pape Benoît XVI a pourtant fait plus que gérer les affaires courantes du Vatican. Certes en rupture avec son prédécesseur sur la forme, il n’a eu de cesse de revivifier et clarifier le message évangélique, d’œuvrer à un retour aux sources de la foi chrétienne face à une société qu’il estimait de plus en plus déshumanisée. L’œuvre d’un théologien plus que d’un chef d’État peut-être.

Islam, pédophilie…

Car de ses huit années à la tête de l’Église, on a surtout retenu les crises et les polémiques. Celle que le Pape Benoît XVI déclenche en 2006 en dénonçant la violence au nom de la religion dans une allusion indirecte à l’islam et qu’il parviendra à apaiser en priant dans la Mosquée bleue d’Istanbul aux côtés du grand mufti. Ou lorsqu’il décide de lever l’excommunication de quatre évêques intégristes en 2009.

Surtout, il est le pape qui a dû faire face au flot de révélations sur des abus sexuels commis par des membres du clergé sur des enfants. Sa demande de « pardon » en 2010, marquée par des mesures fortes contre la pédophilie, est restée un moment fort de son pontificat. Sans toutefois atténuer l’image d’une institution qui cultive le secret pour protéger les siens.

Benoît XVI n’aura de facto pas été le plus grand artisan de la modernisation de l’Église. Mais par sa renonciation surprise en 2013, il laisse l’image d’un pape qui aura placé la spiritualité au-dessus de tout, et même du pouvoir des hommes. Une autre façon de rentrer dans l’Histoire.

Source ML

laissez un commentaire