Le « gros mensonge » de…Christophe Bigot

La France va appliquer la hausse du coût de l’inscription dans ses universités pour les étudiants non-membres de l’Union européenne. « Cette mesure, prise par le Premier ministre Edouard Philippe, ne sera pas appliquée pour les étudiants sénégalais », avait promis l’ex-ambassadeur de France à Dakar  Christophe Bigot. Le diplomate rassurait que la France allait exonérer, à titre exceptionnel,  les 817 étudiants sénégalais des frais d’inscription.

Le quotidien Source A parle, dans sa parution de ce lundi, d’un «gros mensonge». Aux universités de Paris, Lille, Bordeaux, Montpellier…, les nouveaux bacheliers doivent débourser entre 1 800 000 et 2 500 000 Fcfa. À défaut, ils seront considérés comme des clandestins, arrêtés et rapatriés à Dakar. Il semble que l’exonération n’est pas automatique pour les étudiants sénégalais bien qu’il existe un décret qui dit que les étudiants étrangers pourraient être exonérés de la hausse des frais d’inscription.  Plusieurs universités françaises ont fait savoir qu’elles n’appliqueront pas cette hausse en exonérant de frais une partie de leur effectif.

Du côté de l’Ambassade de France à Dakar, c’est motus et bouche cousue. Toutefois, l’un des Conseillers pour l’Education consentira à confier à Source A : ‘’les Sénégalais et les non-européens ayant déjà entamé leurs études en France ne sont pas concernés par cette hausse, qui ne s’applique qu’aux nouveaux venus. Ces derniers sont, en outre, 22% de plus que l’année dernière, à candidater, selon un point d’étape au 25 août réalisé par Campus France, l’Organisme officiel qui gère la mobilité étudiante’’.