Ultimate magazine theme for WordPress.

Le juriste Adama Diouf analyse les sanctions de l’UE contre la Russie

0

Crise ukrainienne : L’Union européenne entre sanctions économiques et rétorsion insoutenable

A côté des images insoutenables qui défilent à travers les médias et réseaux sociaux, se joue également une Guerre économique entre l’occident en général et l’Union Européenne en particulier contre la Russie.

Cette volonté manifeste de l’Ukraine de se tourner résolument vers l’Union européenne, qui s’est accrue en 2014 avec la révolution Orange à la place MAÏDAN (révolution ayant conduit au départ du Président pro-russe Victor Ianoukovitch) découle aujourd’hui d’un affrontement militaire entre la Russie et l’Ukraine. L’Occident dont aspire l’Ukraine n’étant pas prêt à s’engager militairement notamment les américains, qui en des termes sans équivoques ont manifesté leur réticence à « envoyer le soldat Ryan débarqué en Normandie et mourir pour l’Europe (l’Ukraine) » pour reprendre les termes de Vincent Deportes. Ce dernier explique par là le fait que l’OTAN en général et l’UE en particulier n’est pas prêt à s’engager militairement contre la Russie d’où la Guerre économique qui pourrait s’avérer, dans l’immédiat, plus problématique pour les européens que pour les Russes.

Qu’est-ce qui explique cela ?

D’abord l’exclusion du système Swift : Le Swift est un système de traitement des opérations bancaires internationales. Aujourd’hui la plupart des internationaux passent par ce réseau. Il est utilisé par plus de 6 600 institutions financières répartis dans 184 pays. 

Les conséquences immédiates d’une telle exclusion, en dépit des mesures de rétorsion que pourrait prendre Vladimir Poutine, mettrait l’UE dans l’impossibilité de payer le gaz Russe dont elle est dépendante à 40%. Pour certains pays, ce serait encore plus compliqué, notamment la Finlande qui dépend à 100% du gaz Russe, l’Allemagne à 55%, la France à 20% entre autres. L’économie étant de « l’énergie transformée » pour reprendre les termes de Charles Gaves économiste et président du think tank « institut des libertés », l’économie des pays comme l’Allemagne tournerait au ralenti en quelques jour voire semaines avant de s’arrêter. 

La population européenne n’étant pas prête à consentir l’effort de guerre né de la flambée des prix, l’UE gagnerait à ne pas s’aligner sur la position américaine, son allié historique. 

Ensuite la « dédolarisation » de l’économie Russe fait que la Russie peut tenir face à ces sanctions économiques pendant plus de deux années sans rien vendre en énergie et matière première grâce à la moitié de ses réserves de change qui sont en rouble et yuan contrairement aux Européens qui, eux, ne peuvent pas se passer longtemps du gaz et blé Russe et du blé Ukrainien. La Russie ayant toujours considéré l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN comme la ligne rouge à ne pas franchir, s’est préparé depuis près de deux décennies (2004 précisément avec l’adhésion de plusieurs de ses satellites à l’OTAN) à se passer du dollar et à ne pas commercer avec contrairement aux Européens qui se sont toujours servi du parapluie américain. Une telle décision serait plus préjudiciable aux sociétés de l’UE qu’à la Russie dans un futur proche. A titre d’exemple si ROSNEFT (compagnie d’état Russe spécialisé dans l’extraction, la transformation et la distribution de pétrole) ne peut plus vendre son pétrole en dollars, des compagnies comme air France perdent leur principal distributeur en énergie. La conséquence directe serait une alimentation au comptant en énergie pour les compagnies et sociétés et une flambée des prix de l’énergie et par ricochet la compensation par l’impôt dû contribuable (l’effort de guerre). 

Enfin le gel des avoirs des oligarques Russes. La complexité de la traçabilité des avoirs de la « famille » de Poutine rend inefficace ces mesures dans l’immédiat. Entre paradis fiscaux et sociétés écran, il est évident que déterrer le trésor des proches du locataire du Kremlin n’est pas de tout repos. 

Un compromis reste la SEULE solution face à Poutine. L’Ukraine dans l’UE ou l’OTAN est déjà de l’histoire ancienne.

Adama Diouf, Juriste internationaliste, Coordonnateur du MEER départemental de FATICK.

laissez un commentaire