Ultimate magazine theme for WordPress.

Le Sénégal passe du viol criminalisé au…viol banalisé.

Ousmane Sonko placé sous contrôle judiciaire dans une affaire de viol
0

Affaire Sonko : Va-t-on à nouveau à la banalisation du viol au Sénégal ?

Voilà que le Sénégal passe du viol criminalisé au…viol banalisé. Trois générations de femmes se sont battues pour « criminaliser » le viol au Sénégal. Et ce fut une victoire le 10 janvier 2020, lorsque le Président de la République Macky Sall promulguait la loi n° 2020-05. Et avec cette loi qui était considéré comme un simple délit passible de cinq à dix ans de prison, sera jugé par la Chambre criminelle et passant d’une peine allant jusqu’à la réclusion à perpétuité.

Seulement, l’affaire Ousmane Sonko emprunte une autre tournure. Faut-il revoir cette loi ? L’affaire Ousmane Sonko est venue détruire tout le combat mené par les associations féministes pour que le viol soit criminalisé. On dirait qu’il y a des personnes qui citées dans des affaires de viol, mériteraient d’un autre traitement. Et aujourd’hui, avec l’éclatement de cette affaire, les femmes auront peur de « crier » au viol.

Faudra-t-il encore revoir cette loi criminalisant le viol au Sénégal ? La balle se trouve du côté des autorités. L’affaire Ousmane Sonko peut même être une jurisprudence désormais dans des affaires de viol. Il ne peut y avoir du deux poids, deux mesures. C’est-à-dire, des citoyens cités dans des affaires de viol qui bénéficient de privilèges au niveau de la justice, alors que d’autres ne peuvent l’avoir.

L’on a beau le répéter. Lorsque la politique entre par la porte dans une affaire judiciaire, le droit y sort par la fenêtre. Et c’est le sentiment qui est donné dans cette affaire Ousmane Sonko. Le dossier le concernant est fortement politisé. L’on a comme l’impression qu’il y a des mains derrière cette affaire et qui veulent empêcher aux Sénégalais de connaître toute la vérité dans cette affaire. Le doute s’est installé dans la tête des Sénégalais.

Et aujourd’hui, la justice a intérêt à aller jusqu’au bout dans cette affaire, même si par la force des choses, il faille ne pas placer Ousmane Sonko sous mandat de dépôt, mais le mettre sous contrôle judiciaire.

La déception pourrait être grande du côté des associations féministes, si la justice se mettait à traiter autrement l’affaire concernant Ousmane Sonko. Ce dernier est un justiciable. Il est cité dans une affaire de viol. Un délit devenu criminel au Sénégal. Il bénéficie de la présomption d’innocence, mais n’est pas un intouchable au point de bénéficier des privilèges. S’il est innocent qu’il soit blanchi dans cette affaire, mais s’il est coupable que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur. Sinon, c’est tout le combat mené par les associations féministes pour l’application de la criminalisation du viol qui risque d’être vain.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire