Ultimate magazine theme for WordPress.

Le sombre destin qui attend Barthélémy Dias…Il est cuit

0

La coalition Yewwi Askan Wi est dans le creux de la vague. Après sa grande percée lors des élections locales du 23 janvier, elle est à fond dans les législatives. Mais certaines de leurs listes ne remplissent pas toutes les conditions fixées par la loi. C’est le cas pour la liste de Dakar dirigée par Barthélémy Dias. Et la forclusion de cette liste n’est pas le seul problème auquel le maire de la capitale sénégalaise doit faire face. Un plus grand danger le guette. Après les recrutements de Guy Marius Sagna et Seydina Oumar Touré, un sombre destin guette Dias-fils.

S’il y’a un candidat qui a fait ses preuves, c’est bien Barthélemy Dias. L’actuel maire de Dakar a réussi une prouesse en battant le candidat de Benno Bokk Yakaar dans la capitale. Lors des locales, il a battu haut la main Abdoulaye Diouf Sarr. Sans flancher, Barth devenait l’homme fort de Dakar. Raison pour laquelle au sein de Yewwi Askan Wi on a fait de lui la tête de liste départementale en perspectives des élections du 31 juillet 2022. Mais Dias-fils fait, déjà, face à des difficultés pour les législatives.

En effet, la liste de Yewwi Askan Wi à Dakar risque d’être invalidée comme le révélait Xibaaru dans ses précédentes éditions. Pour cause, elle ne respecte pas la parité. Si cela venait à se produire, Barthélémy Dias verrait ses chances de devenir député-maire voler en éclats. Alors pour ne pas que cela se produise, lui et ses conseils ont entamé une bataille perdue d’avance. Pour avoir toutes les chances de son côté, il a même invité les jeunes de Dakar à descendre dans les rues pour porter son combat.

Cette affaire de forclusion n’est rien face à l’autre danger qui guette Barth. Depuis qu’il a battu Diouf Sarr, il est dans le collimateur de Benno Bokk Yakaar. D’ailleurs, des conseillers municipaux issus de la mouvance présidentielle l’avaient même accusé de « détourner des fonds pour financer sa campagne électorale en vue des Législatives du 31 juillet ». Mais la nomination de l’ancien capitaine de gendarmerie Seydina Oumar Touré et de l’activiste Guy Marius Sagna est l’acte de défiance de trop pour le pouvoir en place.

« Un maire ne peut pas faire ce qu’il veut. Il est soumis aux exigences de la loi et du règlement sinon il est révoqué. Tout recrutement en dehors de l’organigramme mis en place est nul est de nul effet », avait déclaré Macky Sall. Avant de rajouter : « je leur ai tous dit que s’ils ne respectent pas la loi, ils seront sanctionnés. Il y a eu des maires, qui avant de partir, ont recruté des centaines de personnes, cela aussi un constitue un gros problème dans ce pays et qu’il faut revoir afin de fixer les règles ». Un avertissement ponctué de menaces pour Barthélemy Dias.

Mais une révocation plane toujours sur la tête de Barth. Principal accusé dans le meurtre de Ndiaga Diouf, le maire de Dakar pourrait être condamné le 18 mai prochain date du délibéré de cette affaire. S’il est condamné, il aura le même destin « funeste » que son mentor Khalifa Sall. Il sera tout bonnement et simplement révoqué. Malheureusement pour les conseillers de Benno Bokk Yakaar, ils ne profiteront pas du « malheur » de Dias-fils car ils deviendront les premières cibles des partisans de Barth.

Rappelons que Barthélémy Dias a été condamné, en première instance, à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour la mort de Ndiaga Diouf lors des heurts survenus à Dakar, en 2011, dans un contexte politique tendu. Et c’est lui-même qui avait fait appel de cette condamnation. Alors le 18 mai sera une date fatidique pour le tombeur de Diouf Sarr.

Barthélémy Dias devra surveiller ses arrières les jours à venir. Il risque de perdre tout ce qu’il a réussi à bâtir jusque-là. Mais la question que tout le monde se pose c’est pourquoi l’homme pour qui il s’est toujours battu, Khalifa Sall se tait face aux déboires de son protégé ?

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire