Légalisation des homos : le Ghana dit NON à Joe Biden

Le président Ghanéen Nana Akufo Addo (à gauche) et le président américain Joe Biden () droite)

Le débat controversé portant sur la légalisation ou non des droits des Personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTQI) rebondit au Ghana avec des opinions encore divergentes.

La dernière en date émane du ministre ghanéen désigné pour les Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Mme Shirley Ayorkor Botchwey, qui a réagi à la suite de la décision du Président des États-Unis, Joseph Biden, de sanctionner les pays qui n’ont pas encore adopté de lois qui protègent les homosexuels.

La réaction de Mme Ayorkor Botchwey a été faite le jeudi 11 février en réponse à une question qui lui été posée par le comité parlementaire devant évaluer ou valider sa nomination au poste du ministre des Affaires étrangères. La question vise à savoir si elle soutiendra une campagne visant à abroger les lois LGBT au Ghana et les légaliser.

En réponse à cette question, Mme Botchwey a déclaré que les lois ghanéennes criminalisent clairement une telle pratique. Le chef de la diplomatie désigné a soutenu que le Ghana est un pays souverain qui a ses propres lois que les citoyens doivent respecter quelle que soit la relation que le pays a établie avec d’autres pays.

Et pour soutenir sa position, elle a ajouté qu’importe ce que des gens peuvent dire, « les lois du Ghana criminalisent les relations charnelles illégales et donc les lois du Ghana sont définitivement suprêmes et c’est ce à quoi nous adhérons tous ». Elle a fait remarquer que le parlement est le lieu où les lois sont élaborées et qu’il faut demander aux députés s’ils sont prêts à décriminaliser une telle loi.