Ultimate magazine theme for WordPress.

L’ENA refusée à des fonctionnaires qui ont réussi le concours

0

Mais diantre ! Qu’est-ce qui vaut aux fonctionnaires admis au concours direct de l’Ena la fureur du directeur de l’Ena ? En effet, d’après des sources de «L’As», Cheikh Awa Balla Fall, une des victimes de Ahmed Aïdara à Guédiawaye, veut refuser l’accès à l’Ena aux fonctionnaires ayant réussi au concours d’entrée dans cet établissement. Ces derniers, bien que fonctionnaires, ont choisi de faire le concours direct pour lequel ils remplissent les critères. Seulement, on ne sait pourquoi le directeur de l’Ena refuse de les laisser poursuivre leur formation.

Pourtant, après les avoir éjectés, la Cour suprême l’avait désavoué pour donner raison aux fonctionnaires admis. Ayant toujours ce camouflet en travers de la gorge, Cheikh A Balla Fall sort un autre arrêté excluant de fait ces derniers, en totale violation de la loi. Depuis lors, c’est le branle-bas de combat. Des vagues d’indignations. «En effet, après le retrait des candidats, agents de l’Etat, des listes de concours directs, puis leur insertion après une décision du juge, le refus à certains candidats ajournés de consulter leurs notes, vient un nouveau chapitre : celui d’interdire aux agents de l’Etat l’accès aux salles de cours s’ils ne sont pas inscrits. C’est d’ailleurs ce qui résulte des articles 2 des arrêtés de nomination des élèves de l’ENA », peut-on lire sur la note.

Cela va sans dire que si cette interdiction paraît régie par un arrêté, il faut reconnaître qu’elle semble mettre en œuvre une volonté affichée du DG de l’ENA qui veut extirper les agents de l’Etat des listes des élèves. «Il est clair qu’une telle idée dont l’illégalité est notoire a été manifestée pour la première fois depuis le début. Et n’eût été la décision de justice, les agents de l’Etat n’auraient pas fait le concours pour le réussir». D’après les interlocuteurs de L’As, le DG revient à la charge en taillant sur mesure, dans les arrêtés de nomination, une disposition interdisant aux agents de l’Etat de s’inscrire, à la seule condition de la régularisation de leur situation.

Dans le même article, il menace sans ambages de remplacer les agents de l’Etat dans le premier mois de cours, s’ils ne s’inscrivent pas. Cela constitue une violation flagrante de la loi et un détournement de pouvoir car le décret de 2011 modifié relatif à l’ENA n’a institué que deux concours: un concours direct et un concours professionnel. Il est dit que dans le décret, les candidats admis au concours direct A et B sont nommés respectivement comme des administrateurs civils stagiaires et des secrétaires d’administration. Le flou n’existe que dans la tête de ceux qui le veulent. Un agent de l’Etat admis au concours direct doit être nommé Administrateur civil stagiaire, mais dire que leur situation n’est pas prévue relèverait de la mauvaise foi. Pour toutes ces raisons «nous lançons un appel au président de la République pour qu’on statue définitivement sur notre sort».

laissez un commentaire