Ultimate magazine theme for WordPress.

Les Africains font face à des frais d’internet les plus chers au monde

0

Saviez-vous que seulement quatre personnes sur dix ont un accès Internet en Afrique? 

Selon un nouveau rapport publié mardi, les consommateurs des pays africains paient parmi les taux les plus élevés au monde l’accès à Internet par rapport au revenu.

L’Alliance for Affordable Internet (A4AI) a évalué le rapport annuel sur l’abordabilité de 136 pays à revenu faible et intermédiaire.

Les exemples de revenus moyens du rapport incluent la Malaisie, la Colombie, l’Inde, la Jamaïque, l’Afrique du Sud et le Ghana, tandis que les exemples de revenus faibles sont le Népal, le Mali, Haïti, le Libéria, le Yémen et le Mozambique.

A4AI est une initiative de The Web Foundation, fondée par l’inventeur du Web Tim Berners-Lee, avec des organisations partenaires telles que Google et Facebook.

L’A4AI définit l’accessibilité économique comme étant 1 Go de données à large bande mobile ne représentant pas plus de 2% du revenu mensuel moyen. Mais la moyenne sur le continent africain est de 7,12% et, dans certains cas, 1 Go représente plus d’un cinquième des gains moyens.

Ces prix sont « trop ​​chers pour tous sauf les plus riches », indique le rapport, citant le coût comme la principale raison pour laquelle environ 49% de la population mondiale reste hors ligne .

Les auteurs du rapport font valoir que les marchés et les monopoles stagnants sont une des principales causes des prix élevés et proposent plusieurs recommandations pour remédier à ce problème.

« La concurrence est essentielle au succès »

Selon les données de A4AI, les pays africains sont soumis aux prix de l’Internet les moins abordables au monde .

Les citoyens du Tchad, de la RD Congo et de la République centrafricaine doivent tous payer plus de 20% de leurs revenus moyens pour 1 Go de données à large bande mobile. En revanche, les taux les plus abordables sur le continent sont en Egypte à 0,5% et à Maurice à 0,59%.

Dans l’ensemble, le rapport a révélé que les coûts chutaient plus rapidement dans les pays à faible revenu que dans leurs homologues à revenu moyen, mais dans de nombreux cas, les prix restent prohibitifs.

La principale recommandation de A4AI est une plus grande libéralisation des marchés et des mesures visant à accroître la compétitivité. « La concurrence est essentielle au succès des marchés du haut débit », indique le rapport.

Les auteurs estiment que le passage de « marchés consolidés » – monopoles – à des marchés multi-opérateurs pourrait réduire considérablement les coûts des données à large bande mobile.

« Notre étude estime que 1 Go de données sur un marché de téléphonie mobile monopolistique pourrait coûter jusqu’à 7,33 dollars US de plus que s’il s’agissait d’un marché à deux opérateurs », ont déclaré les auteurs.

Les mesures recommandées pour accroître la concurrence comprennent « des règles équitables pour l’entrée sur le marché et des incitations à encourager les nouveaux concurrents », telles qu’un régime de licence libéral et transparent.

A4AI a également créé une base de données sur les bonnes pratiques comprenant des études de cas sur l’amélioration de l’accès des pays à revenu faible et intermédiaire, comme la Namibie, qui a permis à de nouveaux fournisseurs de services de pénétrer le marché et a vu les coûts diminuer. Le Kenya a également été cité pour avoir rendu l’accès à Internet accessible à des millions de citoyens en supprimant une taxe sur les téléphones.

Restreindre l’accès

L’A4AI recommande également que le secteur public intervienne là où les modèles à but lucratif ne fonctionnent pas.

Le rapport suggère de proposer « des options d’accès public telles que le Wi-Fi public gratuit et les télécentres pour combler les lacunes du marché ». Ces mesures s’appliquent particulièrement aux zones rurales et permettent aux populations démographiques marginalisées d’accéder aux avantages économiques et sociaux du Web.

« Ce qu’il faut ici, c’est une combinaison de stratégies … (et) le gouvernement a certainement un rôle à jouer », a déclaré Dhanaraj Thakur, directeur de la recherche à la Web Foundation.

« Le gouvernement peut faire un meilleur usage des fonds du service universel pour fournir un accès dans les zones sous-desservies et les communautés et les municipalités locales devraient avoir la possibilité de s’engager également dans la fourniture des services qu’ils jugent les plus appropriés pour leurs localités. »

Thakur reconnaît également qu’il est difficile de faire pression sur les gouvernements pour améliorer l’accès alors que dans plusieurs cas, tels que le Cameroun et l’ Egypte , les gouvernements ont fait l’inverse en limitant sévèrement l’utilisation d’Internet par les citoyens.

«Nous essayons de réitérer l’importance et les avantages économiques de l’accès à Internet et, inversement, le coût de la fermeture d’Internet ou d’applications spécifiques», déclare M. Thakur.

Le directeur de la recherche ajoute que A4AI travaille par le biais de coalitions locales pour faire en sorte que le lobbying soit ciblé avec précision sur les zones prioritaires locales et que la pression vienne de l’intérieur même du pays.

L’Union internationale des télécommunications (UIT), porte-parole de l’organe de communication de l’ONU (Union des télécommunications), n’a pas commenté les prescriptions de la politique A4AI, mais a déclaré que l’UIT était déterminée à « développer l’infrastructure pour connecter tous les individus, partout dans le monde, à Internet et à ses services ».

Le porte-parole a ajouté que les approches visant à créer une connectivité significative incluaient « un contenu local en langues locales, soutenu par les compétences numériques, l’éducation numérique et la sensibilisation au numérique ».

laissez un commentaire