Les circonstances de la mort de Idriss Déby connues !

Le maréchal Idriss Déby Itno est mort ce mardi. Selon l’armée tchadienne qui a annoncé l’information à la télévision d’État, le Président qui venait tout juste d’être réélu est décédé de « blessures reçues au front ».

Ouest France est revenu sur les circonstances de son décès. Selon nos confrères, samedi, d’intenses combats ont opposé l’armée tchadienne et une colonne de rebelles avançant vers la capitale N’Djamena. Ce groupe de rebelles basés en Libye, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), avait progressé en direction du Sud après avoir attaqué un poste frontière.

Selon le porte-parole de l’armée Azem Bermendao Agouna, les forces gouvernementales tchadiennes ont stoppé la progression des rebelles lors d’une bataille qui s’est déroulée samedi dans la province de Kanem, à environ 300 km de N’Djamena. Cinq soldats gouvernementaux ont été tués et 36 autres blessés. Du côté des rebelles, qui appartiennent à la même ethnie que le Président, les pertes auraient été beaucoup plus lourdes : N’Djamena parle de plus de 300 rebelles et de 150 prisonniers. Des informations difficiles à vérifier mais que les rebelles on en partie confirmé puisqu’ils ont reconnu avoir effectué un «repli tactique».

Toutefois, des vidéos montrent bien des dizaines de rebelles capturés par les troupes gouvernementales, tout comme elles montrent aussi du largage de matériel et de munitions qui n’ont pu être réalisés que par la France qui dispose de troupes à N’Djamena. En 2019, lors d’une précédente attaque rebelle contre N’Djamena, l’aviation française était intervenue, traquent les rebelles avec des drones puis les bombardant avant qu’ils ne réussissent à s’approcher de la capitale.

Lundi soir, selon des sources tchadiennes de nos confrères, une rencontre entre Déby et les chefs des FACT aurait eu lieu à Mao, au nord de la capitale. Cette réunion aurait dégénéré en bataille rangée provoquant la mort de Déby et de quatre de ses généraux

laissez un commentaire