Ultimate magazine theme for WordPress.

Les conseils d’un médecin-urgentiste pour prévenir les morts subites de joueurs

0
I – DE QUOI S’AGIT-IL ?
– Le football est la troisième discipline frappée par les morts subites durant des activités sportives (13% des cas) derrière le cyclisme (30%) et le jogging (21%).
– Cette mort subite du sportif concerne essentiellement les hommes (7 fois plus que les femmes) : Principalement entre 45 et 50 ans, sur du sport de loisir. Mais cela peut arriver plus tôt, même avant 35 ans.
– Elle se caractérise par un écroulement soudain au cours d’une activité sportive, dans 85% des cas causée par un infarctus du myocarde, responsables le plus souvent, d’un trouble paroxystique du rythme cardiaque, le plus souvent, une fibrillation ventriculaire.
– Un infarctus du myocarde, se produit lorsque l’apport de sang vers une partie du cœur est interrompu à cause d’une obstruction d’une artère coronaire.
– Les artères coronaires, dont le nom vient de leur disposition en couronne autour du cœur, sont des artères recouvrant la surface du cœur, permettant de vasculariser (irriguer), et par conséquent de nourrir, le muscle cardiaque (myocarde).
– Une fibrillation ventriculaire,  est une activation désordonnée des fibres du muscle cardiaque provoquant des contractions irrégulières des ventricules (grandes cavités du cœur), entraînant rapidement la mort par arrêt cardiaque.
– Défibrillateur : Appareil permettant de rétablir par un choc électrique un rythme cardiaque normal. Il est utilisé lors des fibrillations ( contractions rapides et désordonnées des fibres du coeur). Son utilisation précoce, permet d’obtenir dans les endroits où il est disponible dans les 10 minutes, un taux de survie de 85 à 90%, après un arrêt cardiaque.
– NB : Ce n’est pas le sport qui crée la pathologie, le sport révèle une maladie sous-jacente, ignorée jusque-là.
II – COMMENT PRÉVENIR LA MORT SUBITE DU SPORTIF ?
1- D’abord, réaliser une visite d’absence de contre indication au sport (que l’on prescrit aux compétiteurs), avec en sus un électro-cardiogramme (qui permet d’augmenter les chances de trouver quelque chose, de 15% à 80%), même si, parfois, l’ECG ne permet pas de dépister quoi que ce soit. Il y’a d’autres moyens plus sophistiqués qui complètent la pratique de l’ECG.
2 – Ensuite, éduquer davantage les pratiquants.
– Les sportifs sont souvent persuadés que le sport les immunisent d’un problème cardiaque. Le sport est bon pour la santé, mais il ne préserve de rien. Il peut même, dans ce cas précis, révéler des problématiques sous-jacentes chez les sportifs.
Exemples, Fadiga, Thuram etc…
– Dans 40% des cas, le sujet a déjà ressenti un symptôme, sans alerter. Tout symptôme anormal à l’effort doit faire tirer la sonnette d’alarme.
3 – Enfin, limiter les décès suites aux morts subites du sportif.
– Il est essentiel de former aux gestes de secours. La preuve, dans 85% des cas, lorsqu’un sportif décède, il y a un témoin qui n’a pas su réagir. Dans 40% des cas seulement, le témoin réalise les gestes de secours, et dans 1% des cas un défibrillateur est utilisé.
III – Christian Eriksen
– Il a bénéficié de l’efficacité de la chaîne de secours :
1 – Les témoins : Ses coéquipiers, qui ont eu les bons gestes pour l’empêcher de mourir, en libérant et en protégeant ses voies aériennes hautes.
2 – La deuxième équipe des soignants, en bleu, qui l’ont maintenu en vie, avec un équipement de base, en évitant que les lésions ne durent et ne soient secondairement graves.
3 – La troisième équipe, en rouge, les secours spécialisés, qui arrivent avec plus de moyens et de technicité, pour faire le reste du travail pour lui sauver la vie et l’amener vivant à l’hôpital.
– C’est ça une vraie chaîne de secours, qui nous sauve la vie, lorsqu’on en bénéficie de bout en bout.
Dr Boubacar Signaté
Médecin urgentiste
laissez un commentaire