Les Sénégalais menacés par le Coronavirus et…tabassés par la Police

Violences aveugles policières sur des citoyens : Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye doit rendre compte sur les dérives de la Police

Les images ont vite fait le tour des toiles à travers les réseaux sociaux. Elles sont choquantes. Des membres des forces de l’ordre qui exercent des actes barbares, de violences à l’encontre de citoyens pris en train de circuler à des heures que le couvre-feu leur impose de rester chez eux. Il convient de dénoncer l’attitude de certains citoyens comme à la Médina, un quartier de Dakar, qui bravent l’ordre de couvre-feu, s’en allant jusqu’à narguer les forces de l’ordre.

Seulement, nul ne peut justifier que les membres des forces de l’ordre se mettent à exercer des brutalités sur des citoyens pris en train de circuler à des heures que ne leur autorise pas la loi 1969/29 du 29 avril 1969 portant sur l’état d’urgence au Sénégal. Les membres des forces de l’ordre auteurs de brutalités, d’actes ignobles indignes de leur profession ont tout simplement outrepassé leurs compétences. On n’aurait pu parler d’actes isolés, si seulement, cela se passait à travers quelques rues de Dakar.

Non, ces actes de barbaries se sont déroulés dans plusieurs agglomérations du Sénégal. Dans leurs furies aveugles, les membres des forces de l’ordre coupables de telles ignominies ne parviennent même plus à distinguer des citoyens qui dans le cadre de l’exercice de leurs métiers, peuvent être appelés à bénéficier d’autorisation spéciale délivrée par les forces de l’ordre. Rien ne peut justifier la barbarie exercée sur deux reporters d’une chaîne de télévision à Touba, porteurs d’une autorisation.

C’est le monde à l’envers quand des membres du personnel de la santé, après leurs heures de travail et qui rentrent chez eux, sont pris et tabassés de façon indigne par ces éléments des forces de l’ordre. A travers un acte aussi ignoble, c’est tout le sens de l’état d’urgence décrété au soir du 23 mars qui se trouve extraverti. Il s’agit ici d’un état d’urgence pour combattre un ennemi invisible, dangereux qui commence à envahir tout le Sénégal. Les membres des forces de l’ordre sont appelés à jouer leur partition dans ce combat, cependant celle-ci ne peut pas être plus déterminante que celles du personnel de santé qui a besoin d’être encouragé en ce moment.

Ceci revient à dire que grâce aux réseaux sociaux, tous les agents des forces de l’ordre coupables des barbaries aveugles peuvent être identifiés. Pas de place à une telle impunité qui ne peut que compromettre tous les efforts du Sénégal dans la guerre contre le coronavirus, quand ceux les premiers qui doivent être au front, c’est-à-dire, les membres du personnel de santé sont malmenés et humiliés de la sorte.

Les actes de barbarie exercés par des membres des forces de l’ordre ne peuvent être pris comme isolés. Il y a comme si, ils ont reçu des instructions claires à ce sujet. Qui pour leur avoir donné un tel ordre. Si la justice fait son travail et que les auteurs d’actes de barbaries identifiés à travers les vidéos qui circulent sur le net, sont interpellés, celui qui leur a donné un ordre aussi barbare pourra être identifié. Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye qui n’est pas accusé pour le moment, doit bien rendre des comptes aux Sénégalais sur ces barbaries.

La rédaction de Xibaaru