Les victimes d’Hissène Habré disent niet à toute grâce pour l’ex-président

Selon l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré (Avcrhh), «plusieurs sources ont révélé que la femme et les soutiens » de ce dernier, « ont rencontré des responsables politiques et religieux sénégalais afin de leur demander qu’une grâce soit accordé à l’ancien président tchadien », informe Libération online.

« Notre association, qui représente des milliers de ses victimes, rejetons cette demande et exigeons que, conformément au verdict historique prononcé par les Chambres africaines extraordinaires (Cae) et aux obligations internationales du Sénégal, M. Hissène Habré purge la peine de la réclusion à vie à laquelle il a été condamné », affirme l’Avcrhh.

D’après son président, Clément Abaifouta, « ce jugement exemplaire, qui fait l’honneur du Sénégal et de l’Afrique, a établi la participation d’Hissène Habré dans la commission de crimes horribles-des milliers d’assassinats, de la torture systématique, de l’esclavage sexuel, des viols- et dont les survivants portent encore les stigmates. Les obligations internationales du Sénégal interdisent le recours à la grâce. En effet, le statut des Cae est clair sur la question ».

Pour l’Avcrhh, « si M. Habré est malade, il doit bien évidemment recevoir un traitement médical. Ce traitement pourrait lui être prodigué en prison. Il ne peut cependant pas être gracié sans qu’on viole les obligations du Sénégal et les principes fondamentaux de la justice internationale ».