Ultimate magazine theme for WordPress.

Locales : Yewwi sacrifie les « petits » candidats…pour Sonko

0

La campagne électorale en vue des prochaines élections locales a officiellement démarré le samedi dernier sur toute l’étendue du territoire nationale. Depuis lors, les politiciens font le tour des différentes circonscriptions pour tenter de convaincre leurs futurs administrés. Mais la tâche ne sera pas facile pour les différents partis politiques et coalitions. Il faudra plus que des promesses pour gagner le cœur des sénégalais. Chose que les leaders de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW) ont saisi. Ils étaient massivement représentés lors de l’ouverture de la campagne d’Ousmane Sonko, laissant en rade le petit « gibier ».

« Les élections locales à venir ne seront locales que de nom. C’est des élections politiques, c’est des élections nationales. Les résultats seront déterminants pour les élections législatives qui se tiendront cinq mois après. Nos résultats vont trancher le débat sur la candidature de Macky Sall à la présidentielle de 2024 », ces paroles de Mahmoud Saleh sont bien prises en compte par les candidats en lice pour ces élections territoriales.

Si au niveau du pouvoir, on sort la grosse artillerie, l’opposition essaie de résister au maximum pour éviter qu’un tel scénario ne se produise. Au sein de la coalition Yewwi Askan Wi (YAW), les leaders ont tout misé sur la personne, qui semble être le seul capable de tenir tête à Macky Sall. Il s’agit du leader du Parti des Patriotes du Sénégal, pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (Pastef). Le candidat de YAW a vu tous les grands noms de cette coalition de circonstance venir lui prêter main forte lors de son meeting d’ouverture, le samedi dernier à Ziguinchor. Une manière de dire aux populations de la Casamance de voter pour Sonko.

Mais Khalifa Sall et Cie ne peuvent pas agir autrement. Ousmane Sonko est le poumon de cette coalition. Si le leader de Pastef venait à se faire écraser par les poulains de Macky Sall, aux locales, il pourrait dire Adieu à la présidentielle de 2024. Pour lui donner toutes les chances de réaliser son rêve de gosse, les leaders de YAW n’ont pas hésité à sacrifier les candidats de seconde zone, au détriment de l’éternel adversaire du locataire du Palais. Une très mauvaise image qui commence déjà à faire grincer des dents.

Une personne comme Khalifa Sall se devait de rester à Dakar pour débuter la campagne des Locales avec Barthélemy Dias, l’homme qui a tenu la barque de Taxawu Dakar au moment où il sombrait. Si Malick Gakou, qui semble plus expérimenté qu’Ahmed Aïdara était à ses côtés, peut-être que le candidat de Yewwi à Guédiawaye n’allait pas semer les germes de la violence devant le domicile du maire sortant de Guédiawaye, Aliou Sall. Mais les leaders de cette coalition semblent manquer de clairvoyance, sinon ils n’allaient pas tous se rassembler à Ziguinchor et oublier les autres têtes de liste aux locales.

La défaite du patriote en chef à Ziguinchor entraînera, de facto, la mort de Yewwi Askan Wi (YAW). Ce parce que certains candidats refuseront d’être derrière un candidat qui n’est pas capable de gagner son fief. Mais la campagne ne fait que commencer, alors Khalifa Sall, Malick Gakou et Déthié Fall ont tout le temps nécessaire pour réparer leur erreur monumentale s’ils veulent maintenir la cohésion autour de cette coalition.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire