Ultimate magazine theme for WordPress.

L’opposition et les activistes obsédés par le mystère du…3ème mandat

0

La question du troisième (3ème) mandat est plus que d’actualité au Sénégal. Il ne se passe plus un seul jour sans qu’elle ne soit soulevée par l’opposition ou des membres de la société civile ou par les activistes. Alors que l’on achemine vers des élections en 2022 et 2024, ils sont carrément hantés par cette question. Elle était au cœur des débats hier aux HLM Grand Yoff où le mouvement de défense de la démocratie (M2D) s’est réuni pour commémorer le 23 juin 2011…même si le principal concerné, en l’occurrence le Président Macky Sall, maintient toujours le flou sur cette affaire.

Le mercredi dernier, le Sénégal a célébré les dix (10) ans du mouvement du 23 juin contre le projet loi instituant l’élection simultanée d’un président et de son vice-président avec seulement 25% des suffrages. Cette commémoration s’est faite en ordre dispersée. Le M23 a réuni ses troupes à la place de la nation. Tandis que le M2D, qui a réuni les membres de l’opposition et des activistes, a occupé le terrain des HLM Grand Yoff. Toutes les têtes qui ont défilé sur le présidium de Cheikh Tidiane Dièye et Cie ont soulevé la question du 3e mandat de Macky Sall.

Lancé le mois de mars dernier par des acteurs politiques de l’opposition et de la société civile, dans la foulée de la convocation du leader de Pastef, Ousmane Sonko visé par une plainte pour « viols répétés » contre la masseuse Adji Sarr, le M2D s’approprie toutes les luttes. Cheikh Tidiane Dièye et Cie sont, désormais, obsédés par la question du troisième mandat de Macky Sall, qui maintient toujours le flou sur sa candidature. Ce mercredi, ils ont démontré que ce « 3ème mandat » est leur principale cible.

L’activiste Guy Marius Sagna a fait feu sur le troisième mandat. « La question fondamentale qui devrait nous intéresser n’est pas le propriétaire de cette journée historique, plutôt de défendre la constitution. Si Macky Sall veut une troisième candidature qu’il aille ailleurs, mais, ici, il n’a plus sa place », dit-il. Pour lui, tous les présidents africains qui veulent un troisième mandat sans être en mesure de régler les problèmes de l’éducation, le chômage, la santé sont les dirigeants dictateurs que la France dirige et les impose pour leurs intérêts.

Ousmane Sonko, Cheikh Bamba Dièye, Mame Diarra Fam et d’autres représentants de l’opposition ont tiré dans le tas. Ils ont réveillé le débat sur la question du 3e mandat alors que l’on s’achemine vers des élections en 2022. A la veille des prochaines joutes électorales, ces opposants sont attendus sur d’autres questions. L’urgence de l’heure c’est de travailler sur un programme à présenter aux sénégalais avant les législatives et la présidentielle. Mais hélas, ils préfèrent s’attarder sur un débat stérile déjà réglé par la constitution sénégalaise.

Le leader de Pastef et ses camarades avaient des programmes très intéressants pour le Sénégal mais depuis un certain temps, ils se sont perdus dans la politique politicienne en voulant combattre leur principal adversaire, Macky Sall

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire