Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky Sall-Atepa : Aucune fin de règne n’est négociable

0

Pour moi, la fin de mission de Macky est actée depuis longtemps et est irréversible. Aucune compromission (ni même un quelconque compromis) ne saurait être tolérée. Aucun moyen pour Macky Sall de candidater en 2024, sous quelle que condition que ce soit. Notre démocratie doit faire un pas en avant : un président sortant, rendant grâce à Dieu et remerciant son peuple, qui organise des élections auxquelles il ne participera pas en tant que candidat. Toute autre posture ou recherche de compromis sera une trahison.

Cependant le combat ne fait que commencer pour

  1. Soumettre à la critique sans aucune complaisance toutes les offres afin d’éviter l’aventure et une autre désillusion ou pire, la dégénérescence. Il ne s’agira pas seulement de changer de cheval pour le principe : il faudra bien choisir en évaluant les discours et parcours ; les comportements et profil ; la constance dans le discours et dans les références ; les programmes et les échéanciers ; le traitement des dossiers diplomatiques avec responsabilité et rationalité, c’est-à-dire sans passion aveuglante ni lyrisme.
  2. Aucune compromission relativement à des poursuites judiciaires ne saurait être la monnaie d’échange contre le respect du droit, la responsabilité et la reddition des comptes. La loi étant au-dessus de tout le monde, son applicabilité est la seule condition de survie de l’Etat de droit, de la République et de l’unité nationale
  3. Tous les candidats doivent s’engager à faire le diagnostic et l’audit sans esprit revanchard de toutes les politiques sociales (filet social) du régime sortant et ce, non pas seulement pour faire la lumière sur certaines dérives présumées, mais surtout pour informer le peuple de leur impact réel et de la nécessité ou non de les reconduire.

C’est dès maintenant qu’il faut être exigeant et intransigeant sur certains fondamentaux sans lesquels nous ne ferons que remplacer une clique victime de l’usure du pouvoir par une autre bénéficiaire de préjugés favorables. La mal gouvernance, l’opacité, l’impunité doivent définitivement cesser d’être les goulots d’étranglement de notre système politique et de notre économie. Il faut arrêter cette légèreté citoyenne qui consiste à faire confiance au premier venu dès qu’on est fâché contre un Président sortant. Les hommes destinés à prendre les rênes du pays doivent souffrir la gêne que comporte le diagnostic sans état d’âme de leur personnalité comme le sont les patients face au médecin. Un malade qui voudrait guérir sans endurer les embarras des différents examens médicaux est soit un suicidaire soit un malade imaginaire.

Alassane K. KITANE

laissez un commentaire