Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky Sall poussé vers un « suicide » politique

0

La gouvernance de Macky Sall se trouve en pleine zone de turbulences. Depuis le début de son second mandat, il fait face à une forte résistance de la part de l’opposition. De nouveaux leaders politiques lui mènent la vie dure. Ousmane Sonko est sans doute l’un des plus virulents envers le chef de l’Etat. Entouré d’une horde de mercenaires assoiffés, il ne rate aucune occasion pour descendre le président. Ces attaques coordonnées de l’opposition dévient le locataire du Palais de sa trajectoire. Désormais, Macky Sall fonce tout droit vers le mur.

Prendre le contrôle de la jeunesse est toujours mission impossible pour le chef de l’Etat. Les principales personnes qui souhaitent le voir rendre le tablier sont les jeunes. Ils ne manquent pas de stratégies pour s’opposer à Macky Sall et à son régime. Désormais leurs terrains favoris sont les réseaux sociaux. On ne peut pas y faire un tour sans voir un jeune s’en prendre au régime. Et pourtant le chef de l’Etat a tout fait pour gagner la confiance des jeunes, mais il peine à y arriver. Car la magie du clic est en train de faire face à la toute-puissance du flic et du fric.

Le chef de l’Etat qui a lancé une guerre contre les réseaux sociaux, est loin d’avoir compris ses jeunes. On est loin de l’idée de défendre les théoriciens du chaos sur le net. Tous les mercenaires du clic doivent être mis face à leur responsabilité. Mais il faut avouer que le chef de l’Etat a mal choisi le moment pour s’attaquer aux réseaux sociaux. Des problèmes nouveaux et urgents sont face à nous. Les hôpitaux sont en grève, l’insécurité refait surface, le carburant commence à manquer. Les réseaux sociaux ne sont rien face à ses maux qui gangrènent le quotidien des sénégalais.

Comme le démontrait Xibaaru dans son édition du vendredi, réguler les réseaux sociaux n’est pas une mince affaire. Et si l’Etat est amené à le restreindre, comme dans certains pays, il court le risque de se mettre à dos tous les jeunes. Depuis un certain moment, la tendance démontre que les jeunes ont délaissé les médias classiques pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Celles-ci sont utilisées pour étaler leur colère. Depuis les évènements du mois de mars 2021, rares sont les jeunes qui s’aventurent dans les rues.

Les doléances et revendications sont faites à travers des « posts », des vidéos ou même des « lives » sur les différents médias sociaux. Alors s’en prendre aux réseaux sociaux reviendrait à couper ces adeptes de leurs moyens d’expression. Ce qui ne serait pas sans conséquences. Car un nouveau soulèvement pourrait avoir des conséquences dramatiques pour le pays qui se relève difficilement après le Covid-19 et la guerre qui fait rage en Ukraine. Et politiquement, Macky pourrait condamner, sans le vouloir, sa coalition à un vote sanction.

Les réseaux sociaux sont un véritable problème à résoudre. Et pour mettre de l’ordre dans ces spirales d’informations, le chef de l’Etat Macky Sall et les acteurs doivent discuter pour mettre en place un cadre pour mieux encadrer les réseaux sociaux. Et pour arriver à ce niveau, l’Etat doit trouver un consensus avec tous les acteurs. Mais le problème est de savoir qui sont les acteurs et avec qui doit-on discuter pour réguler les réseaux sociaux. Toute personne ayant une connexion peut avoir accès aux réseaux sociaux. Comment et avec qui Macky doit-il prendre langue ?

« La magie du clic fera face à la toute-puissance du flic et du fric ». Si Macky Sall savait que cette phrase lui causerait autant de soucis, il ne l’aurait surement pas sorti de sa bouche. Les réseaux sociaux sont entrain de signer sa « mort » politique. Désormais, il lui faudra faire preuve de génie pour faire face à cette « nouvelle » forme d’opposition. Reste à savoir comment compte-t-il s’en prendre pour limiter la casse ?

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire