Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky va céder la place à des « anarchistes »…en 2024

1

La politique sénégalaise est en train de connaître une profonde mutation. Une nouvelle race d’hommes politiques émerge des décombres de l’ancienne génération. Ces nouveaux hommes politiques incarnent, selon certains, le changement de système. Et pour que cela puisse se produire, il leur faut impérativement effacer la page Macky Sall. Alors ces personnes pourraient être aux commandes en 2024. Mais le seul bémol est qu’elles risquent de nous servir un gouvernement digne d’un « far west » américain.

Les prochaines années seront décisives dans la marche du pays. Et 2024 en sera le point de départ. Ces élections vont à jamais sceller le destin du Sénégal. L’opposition mène une véritable offensive contre le régime de Macky Sall. Et si elle ne décélère pas, elle pourrait venir à bout du président Sall, en fin de mandat. Les résultats aux dernières élections locales démontrent clairement la force que pourrait avoir l’opposition si elle est unie.

Selon plusieurs observateurs et juristes, le président Macky Sall est exclu par la Constitution pour un troisième mandat 2024. L’actuel locataire du Palais est à son second et dernier mandat. Et même si Macky Sall venait à forcer le passage, il se retrouverait face à des jeunes qui ne veulent qu’une seule chose, le voir partir. Et cela, une bonne partie de l’opposition l’a compris. Si quelqu’un comme Ousmane Sonko passe tout son temps à draguer les jeunes, c’est parce qu’il est conscient qu’ils peuvent lui donner sa chance.

Alors la question qui trotte dans la tête des sénégalais est de savoir quelle équipe gouvernementale va diriger ce pays ? Xibaaru tente de répondre à cette question. Après l’exclusion de Macky Sall de ces joutes électorales, il est fort probable que le prochain président de la République du Sénégal vienne de l’opposition. Plus précisément de la coalition Yewwi Askan Wi, si elle survit jusqu’en 2024. D’ailleurs au sein de l’opposition, les masques commencent à tomber et tout le monde veut se positionner avant le partage du gâteau.

Dans un gouvernement hypothétique, Ousmane Sonko pourrait être le président. Leader de l’opposition depuis la trahison de Idrissa Seck, Sonko a su marquer son territoire dans le landerneau politique. Au sein de Yewwi Askan Wi, tout tourne autour de sa personne. Sa force réside dans son opposition radicale face au régime de Macky Sall. Beaucoup de jeunes voient en lui un « messie » qui va changer la situation du pays. Mais son palmarès est entaché par l’affaire « Sweet Beauté ». S’il est élu président, il deviendrait le premier chef d’Etat sénégalais accusé de viol.

En plus de cette accusation de viol, il devra trainer avec lui sa réputation d’opposant radical. Mais certains sénégalais semblent être fascinés par ce trait de caractère. Alors ce leader radical va placer ses « hommes » les plus radicaux aux commandes. Un ancien capitaine de gendarmerie, qui a trahi les siens, pourrait se retrouver au poste de ministre des forces armées. D’anciens rappeurs mouillés dans un trafic de faux passeports, des insulteurs, une femme accusée de proxénétisme, pourraient siéger dans ce qu’il faut appeler le gouvernement de demain.

La personne qui ne sera pas en reste dans ce gouvernement « anarchique » sera sûrement Guy Marius Sagna. L’homme est passé d’activiste qui défend les intérêts des populations, à un politicien servant les intérêts de certains hommes politiques. Lui-même a révélé que leur objectif c’est le fauteuil de Macky Sall. « Notre objectif n’est pas la mairie de Dakar mais le palais du gouverneur dans lequel vous êtes », écrit l’activiste anti français dans un post sur Facebook. Alors le masque est tombé. Tout comme certains journalistes, Guy a trouvé son chemin dans la politique.

A l’heure du changement, ce gouvernement « anarchique » pourrait faire des miracles. Mais comment ce changement va-t-il contribuer à la démocratie et à la bonne marche du Sénégal ?

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (1)