Mali : Des dizaines de « civils » tués…le départ de l’armée Française demandé

Une frappe française dans le centre du Mali au cœur d’une polémique. L’armée française a annoncé mardi 5 janvier avoir frappé deux jours plus tôt des dizaines de jihadistes tandis que des villageois et une association locale parlent de civils atteints par un appareil non identifié lors d’un mariage.

Selon l’état-major, l’armée française a “neutralisé” des dizaines de combattants jihadistes dimanche lors d’une frappe aérienne menée dans la région de Douentza, à 90 km à l’ouest d’Hombori, dans le centre du Mali. Ce raid a été “mené à la suite de renseignements recoupés et de l’observation de la posture des suspects qui ont permis de conclure à la présence effective d’un groupe armé terroriste”, a ajouté l’état-major français.

Mais les villageois assurent, eux, que plus de vingt personnes, dont des enfants, ont été tuées dimanche après une frappe aérienne pendant un mariage, a déclaré mardi une source médicale à Reuters. Les messages ont proliféré sur les réseaux sociaux depuis dimanche à propos des événements survenus dans le village de Bounti, dans le centre du Mali, un des principaux foyers de violence de cette région plongée dans la tourmente.

« La Ligue de défense noire africaine (LDNA) condamne fermement l’assassinat lâche et ignoble de 50 civils maliens dans une frappe de l’armée terroriste française ce mardi 05 janvier. La France est un Etat terroriste, néocolonialiste qui tue les civils sans impunité en Afrique pour protéger ses intérêts et ses dictateurs », s’insurge la LDNA sur sa page Facebook.

Cette organisation appelle ainsi à la mobilisation générale le 20 janvier prochain. « Nous interpellons la conscience des Français sur les mensonges de la présence militaire française au Mali et en Afrique. Mobilisations générales partout au Mali le 20 janvier pour dégager l’armée impérialiste française de l’Afrique », appellent-ils.

laissez un commentaire