Mbassa Diaw : « si chaque Sénégalais donnait 100 frs/mois… »

Les enjeux du futur. Par Mbassa Diaw

De nombreux projets naissent dans l’immobilier pour abriter d’imposants bâtiments aux environs de la capitale. C’est une belle initiative pour l’embellissement de nos villes. Cependant, il est d’une nécessité impérieuse de faire une prospection positive dans les profondeurs du pays pour corriger les nombreux manquements dans des secteurs stratégiques.

Le Sénégal peine encore à définir les priorités pour soulager la souffrance des citoyens. Malgré les terres exploitables, l’eau en abondance, les nombreux instituts de formation agricole, les ingénieurs et techniciens bien formés, le secteur de l’agriculture peine à atteindre l’autosuffisance alimentaire. La pandémie du Coronavirus a fini de montrer la faiblesse du plateau technique dans nos hôpitaux encore insuffisants sur l’ensemble du territoire national.

sénégal

Si chaque Sénégalais arrivait à verser 100f par mois dans le trésor public, le ministère des finances arriverait à construire chaque année un hôpital de haute facture. Cette pandémie de la COVID 19 est un levier sur lequel les citoyens du Sénégal peuvent s’appuyer pour trouver des solutions aux multiples problèmes qui gangrènent le développement de nos villes où le bradage foncier est devenu monnaie courante.

L’homme ne peut travailler que par des bras valides, raison pour laquelle il doit manger et boire qualitativement, s’instruire et se soigner convenablement. Incontestablement, l’homme est placé au début et à la fin de toute action de développement.

Elhadji Mbassa Diaw

Surveillant au Lycée de Bambey