Mouth Bane plaide l’Unité nationale autour du Plan de Relance économique du Président

L’appel du chef de l’État, Macky Sall, pour une unité nationale afin de mener et gagner la guerre contre la pandémie de Covid-19 est aujourd’hui, plus que jamais, en vigueur. Du moins, c’est ce que nous avons remarqué dans les actes quotidiens qu’il pose. Nous l’avons constaté et avons le courage et la liberté de le dire tout haut. N’en déplaise aux Sénégalo-pessimistes. Cette horde d’adeptes de la division sociale et cette poignée d’activistes professionnels, férus de la politique subversive, ont vite fait d’engager la rupture du consensus national pour combattre la pandémie. Ils étaient nostalgiques des manifestations de rue clairsemées, desquelles s’est détourné le peuple. Mais, sept mois après l’enregistrement du premier cas de Covid-19 dans ce pays, l’unité des Sénégalais est plus qu’une nécessité. C’est une exigence pour ceux qui sont doués de bon sens. Car, après la guerre (contre le coronavirus), le Sénégal est dans l’ère de la reconstruction de l’économie nationale et du redressement. Après les énormes pertes subies par le pays dans cette guerre contre la Covid-19, le pays a besoin d’un véritable Plan de reconstruction nationale ou de relance économique, pour reprendre le Président Sall qui a décliné sa feuille de route hier, mardi 29 septembre 2020. Pendant plusieurs mois, notre machine économique était en pause. Les secteurs industriels, touristiques, la pêche, l’énergie, l’éducation, les transports aériens, le commerce, le secteur informel, tout était à l’arrêt. Il va falloir, aujourd’hui, bâtir une nouvelle dynamique économique post-Covid-19, afin de relever les défis dans le moyen terme. Le Sénégal doit servir d’exemple au reste du continent, comme il l’a fait dans la gestion de la pandémie, dont les résultats sont salués par les partenaires techniques. Ce succès n’est pas propre au Président Sall, il est l’œuvre de chaque citoyen.  La cadence de cette reprise progressive de l’activité économique devrait être accélérée dans les prochaines semaines, par la levée totale des restrictions, afin de libérer toutes les énergies pouvant encourager et doper la productivité. La reconstruction nationale ne peut pas s’opérer sans un consensus national. Hier, comme aujourd’hui, l’échec de nos gouvernements a toujours eu des conséquences néfastes sur la qualité et le niveau de vie des Sénégalais. Opposants et tenants du pouvoir doivent le comprendre pour, enfin, sentir la nécessité de changer la manière de gouverner et de s’opposer. Pour être parmi les Nations compétitives de demain, nous devons, aujourd’hui, nous investir pour rattraper ce que nous avons perdu durant cette pandémie, qui n’a pas encore rendu toutes ses armes de destruction massive car, ailleurs, de  nouvelles vagues de contamination se manifestent. Or, pour redynamiser les économies, il faudrait que le monde soit libéré des étreintes de ce virus.  Lorsque les pays développés (Usa, Europe) souffrent des conséquences dramatiques de cette maladie qui a effondré toute leur architecture économique, quel doit être, alors, le comportement des pays pauvres ? Les Sénégalais doivent-ils suivre ceux qui veulent tirer le pays vers le bas ? Nous avons besoin d’une élite politique avertie, consciente, responsable, travailleuse et ambitieuse pour redresser la situation. L’Unité nationale autour de ce Plan de Relance Économique est donc le seul remède qui va nous permettre d’esquiver les obstacles et de faire un grand bond vers l’Émergence.  Des opposants qui œuvrent pour l’échec du Gouvernement, ou un Pouvoir qui souhaite voir ses opposants périr dans les prisons, ce sont là des comportements qui doivent disparaître dans les rapports entre acteurs politiques. L’animosité et la haine n’ont pas de place dans les relations au sein de cette classe politique sénégalaise. La compétition doit être saine, ouverte et démocratique, s’ils veulent mériter l’estime et la considération des citoyens, eux-aussi souvent victimes de leur naïveté, parce que non instruits, pour la plupart. D’où l’importance d’investir dans l’éducation pour l’éveil des consciences et pour une citoyenneté active et responsable. Dans ce monde, toutes les Nations qui ont subi des chocs se sont relevées, par la grâce de l’unité, la cohésion et le don de soi, pour la cause nationale. L’Allemagne, après la seconde guerre mondiale, la Chine, le Japon, on peut aussi citer le Rwanda, après le génocide, se sont tous relevés. Au lendemain du naufrage du bateau « Le Joola », ce malheur qui avait frappé notre pays devrait nous amener à nous unir pour consolider nos acquis et renforcer notre cohésion nationale, afin de relever les défis qui se dressaient devant nous. Qu’avons-nous fait de cette douleur si atroce, 18 ans après ? Qu’a-t-elle servi dans notre conscience collective ? Avons-nous le sentiment d’avoir bien rendu hommage à ces 1863 victimes dans ce petit Sénégal qui devrait être «une Nation sans couture», pour paraphraser le professeur Malick Ndiaye ? Aujourd’hui, notre pays a enregistré 310 décès de la Covid-19. La meilleure manière de rendre hommage à ces victimes, c’est de nous unir pour bâtir un Sénégal Nouveau, prospère, dans l’harmonie et la cohésion. Ceux qui ne brillent que dans la division et l’hostilité ne doivent pas distraire la majorité des Sénégalais, qui rêve d’un mieux-être. Le Plan de Relance Économique (PRE) a été adopté. Il faut alors aller vers une Nouvelle Offensive économique. Agriculteurs, Éleveurs, Enseignants, Commerçants, Avocats, Artistes, Étudiants, Élèves, Cadres, Couturiers, Journalistes, Fonctionnaires, retraités, personnes âgées, filles, garçons, tous sont concernés par le PRE.
Le Plan de Relance Économique du Président Macky Sall renvoie au texte de Jean de Lafontaine : «Le Laboureur et ses Enfants». Il leur disait : «Travaillez, prenez de la peine». Le laboureur ajoute : «Remuez votre champ dès qu’on  aura fait l’août, Un trésor est caché dedans. Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage, vous le fera trouver, vous en viendrez à bout». Le laboureur insiste : «Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse». A ses enfants, le laboureur voulait juste faire comprendre que l’unique moyen pour libérer un individu, c’est le travail. Dans cette histoire,  le travail était le trésor caché dont faisait allusion le laboureur. Alors, travaillons pour faire émerger le Sénégal dans ce monde de concurrence et de compétition féroce, où les plus forts briment les faibles. Les derniers dans cette compétition seront toujours les pays où la politique politicienne, la tricherie, l’absence au lieu de travail, la mal-gouvernance etc. sont  érigés en sport national. «Nous devons, ensemble, faire les bons choix, agir dans le bon sens, réorienter nos politiques publiques et nos efforts d’investissements vers des secteurs moteurs, à fort potentiel de croissance économique et d’impact social», a déclaré le chef de l’État. Le mot «ensemble» revêt une signification capitale dans le discours du Président Sall. Dilatons alors nos poitrines, ligotons nos egos et saluons humblement la dimension patriotique de cette déclaration qui s’adresse à tous. Le Président a déclaré : «Nous devons redimensionner la priorité accordée à certains secteurs, comme l’agriculture, l’élevage et la pêche, pour atteindre au plus vite l’objectif de souveraineté alimentaire durable». La «souveraineté alimentaire» fait penser à la promesse d’autosuffisance en riz, faite pour l’année 2017, qui n’est pas allée au-delà des mots. Cette fois-ci, il faudrait que «la souveraineté alimentaire» soit une réalité palpable dans ce pays.  Il est difficile de bâtir une Nation où l’appel à l’unité nationale provoque des rides dans les cœurs ? N’est-il pas illusoire de vouloir construire un pays où la division politique, culturelle, religieuse suinte dans toutes les relations humaines ? Tout est à refaire chez nous car, si on aime son pays, on doit alors aimer ses concitoyens. Et pour construire son pays, il faut l’aimer plus que tout. Aimer le Sénégal, c’est aimer les Sénégalais avant de les servir. En politique, il n’existe pas de messie. Les partisans de Macky Sall ne doivent jamais croire que seul, le Président peut transformer le pays. C’est aussi valable pour les partisans de l’Opposition, qui pensent naïvement qu’un de leurs leaders peut faire du Sénégal un pays développé en 10 ans. C’est une chimère. Aucun acteur politique, quelle que soit la pertinence de son programme de gouvernement, ne pourra atteindre les objectifs de développement si les Sénégalais, eux-mêmes, ne l’accompagnent pas dans sa mission. Hier, le Conseil présidentiel autour du Plan de Relance Économique devrait être un événement national. Toute la presse audiovisuelle devrait organiser des plateaux spéciaux pour débattre autour de la question, sa pertinence et ses limites. Les professeurs d’Université, les Experts devraient aussi s’emparer du Plan pour participer à son processus de validation et à son déroulement. Le Président Macky Sall doit présenter ce plan aux Universitaires, aux Étudiants, bref, à toutes les couches socioprofessionnelles du pays, dans une démarche participative. C’est ainsi que tout le monde se sentira concerné, parce qu’impliqué. Ce PRE ne saurait être l’affaire du Gouvernement ou de « Benno ». Ce serait d’ailleurs une hérésie de vouloir le limiter dans le petit cercle de cette coalition partisane. En outre, il faut que les engagements pris hier, par le Président Macky Sall, soient suivis d’effets. Il a pris de grandes décisions, moulées dans une volonté ferme d’atteindre les objectifs retenus. Il est évident que, vu sa pertinence, le PRE ne doit pas être destiné uniquement aux décideurs. Il faut en faire un instrument de gouvernance et un outil de mobilisation populaire. Que chaque Sénégalais dise : «Moi, j’y adhère !». «J’accorde une importance primordiale à la protection sociale et à l’accélération des programmes de désenclavement et de développement territorial  (PUDC, PUMA, PPDC, Promovilles, Pacasen urbain et rural etc.), dans une optique de durabilité et d’équité», a dit le Président Sall, qui dévoile ainsi son intention d’irriguer le Sénégal de l’intérieur par ce programme innovent, adossé au Plan d’Aménagement du Territoire, dont le Conseil présidentiel s’est tenu cette année. Notre fracture sociale et politique est tellement profonde, au point que l’on se demande même comment bâtir une Nation dans ces conditions. L’Unité nationale et le Commun vouloir de vie commune doivent, désormais, être au cœur de nos préoccupations dans cette œuvre de construction nationale, afin de parachever cette mission de transformation du Sénégal, d’ici les 30 ans prochaines années. Mais, cela commencera forcément par l’unité autour du PRE, qui est le nouveau socle de notre politique de développement post-Covid-19.  «Restons donc dans le temps de l’action. Cultivons l’esprit de travail, et appliquons une formule bien de chez nous : khathia ndoo, dooreu ndoo !», a martelé le Président Sall.
Il n’y a plus de temps à perdre.
Un nouveau départ est lancé.
Aller, au travail !

 

MAMADOU MOUTH BANE