Ultimate magazine theme for WordPress.

Nicolas Bassène : « nos hôpitaux nous tuent »

0

NOS STRUCTURES SANITAIRES NOUS ÔTENT LA VIE

Le Sénégal est, depuis une décennie maintenant, exposé à des tragédies dans les structures « inhospitalières » publiques conduisant à des drames rocambolesques qui se rivalisent d’ardeur. Ces séries macabristes injustifiées ne remettent-ils pas en lumière les graves et profondes carences de notre système sanitaire public ?

Dans un système sanitaire oscillant entre lutte de deux principes : l’un qui dénonce le niveau du plateau médical qui ne favorise les conditions de travail, les revendications salariales… incarné par les syndicats de la santé et l’autre qui chante les exploits réalisés en termes d’équipements, de mis en conditions des agents… incarné par le Gouvernement, notre modeste contribution citoyenne entend se situer ici en dehors de l’une comme de l’autre de ces deux conceptions nous nous plaçons du côté des populations-victimes qui sont ostracisées par l’habileté des usuriers, par la ruse des politiciens et par les affairistes prêts à renchérir sur la clameur populaire lors qu’ils entrevoient un moyen de surprendre le succès

Ainsi, tout en se désolidarisant énergiquement et logiquement de toutes les actions visant à écraser et à presser plus la population-victime nous osons dire, qu’en dépit des discours ornés, des efforts sont consentis de part et d’autre aussi la santé au Sénégal va mal et très mal même comme l’attestent d’ailleurs les multiples frasques dans ce secteur.

Le mal est d’autant plus profond qu’il semblerait inarrêtable, encore moins maîtrisé et localisé par les autorités de tutelle car le phénomène est général se propageant sur plusieurs parties du pays. Pour comprendre la généralisation et l’ampleur de ce fléau qui n’est pas nouveau, un rappel de quelques faits saillants ayant défrayés la chronique le prouvant à suffisance.

Pour rappel : 4 bébés sont morts à l’hôpital de Ziguinchor, la jeune maman Mariama Magui Diémé les a vu mourir un à un sans assistance, 6 bébés à Linguère le 25 Avril 2021, 01 femme enceinte (Astou Sokhna) morte à l’hôpital de Louga, le 1er avril 2022, 01 nourrisson déclaré mort et déposé à la morgue alors qu’il était encore en vie à Kaolack, le 8 mai 2022 enfin, 11 bébés morts calcinés le 25 mai 2022 à Tivaouane. Le comble est que les valets des institutions qui sanctionnent légalement l’obligation et perpétuent la sanction sur tous leurs aspects ne sévissent pas à la hauteur des pertes et de la souffrance de la population-victime.

Sur ce, nous adressons un chaleureux appel à tous qui, dans la sphère où nous nous mouvons, ont quelque chose à dire et à faire pourvu que cela vaille la peine d’être dit et d’être fait.

Au demeurant, nous retenons que les structures de santé sont inhospitalières avec un service d’accueil défaillant, des bébés kidnappés parce que leurs parents ne peuvent pas payés. Nous notons également que le personnel soignant ne joue pas pleinement son rôle, nous constatons la vétusté de plusieurs bâtiments en ruine dans nos structures, le manque d’équipement même s’il faut le reconnaître des efforts ont été fait.  Nous déplorons les peines prononcées contre des personnes impliquées trop légères.

A cela, nous interpellons le gouvernement car sa responsabilité est engagée, le personnel soignant car ils sont responsables également que nous, populations-victimes aurons tous supporté mais des structures de santé qui ôtent la vie de nos chers c’en est de trop et enfin la justice de mener des investigations indépendantes et de sanctionner avec la rigueur.

En somme si certains drames connaissent un semblant de justice d’autres par contre restent sans muets et pourtant ils ont le même dénominateur commun : perte de vie humaine en particulier des bébés. Ce deux poids deux mesures, ces drames ne mettent-ils pas en lumière les graves carences du système sanitaire public du pays ?

Nicolas Silandibithe BASSENE

laissez un commentaire