Non au traitement inhumain des citoyens…Par Ibrahima Felix Mboup

Depuis que le Coronavirus tente d’étaler ses tentacules vénéneuses dans le Sénégal, je me suis astreint au devoir de solidarité vis-à-vis de l’Etat et des Sénégalais. Mieux , je me suis résigné à faire preuve d’indulgence envers  le régime , et j’ai encouragé et soutenu sans réserve aucune les recommandations du gouvernement . Parce que tout simplement j’ai voulu adopter une posture républicaine .Mais , après avoir suivi des vidéos qui montrent des policiers s’acharnant sur des citoyens comme une meute de chiens affamés sur des agneaux abandonnés dans une prairie, je me dois de sortir de ma réserve pour enfiler la robe d’avocat qui sied à tout intellectuel réfractaire au retour de l’ère primitive . Il est vrai que le couvre-feu décrété vise à nous prémunir contre la pandémie, mais il n’en demeure pas moins qu’il doit servir de prétexte pour que les citoyens soient transformés en bêtes de somme . Quelque grave que puissent être les infractions , le bons sens voudrait que les forces de l’ordre veulent au respect du principe de « la permanence et de l’intangibilité des droits humains « . La créature humaine , étant sacrée, mérite d’être protégée et respectée .Par conséquent , rien ne peut justifier l’usage abusif voire barbare de la violence sur des hommes qui ont enfreint la loi sur le couvre-feu . A l’usage aveugle de la violence je préfère la pédagogie .Il faut que les autorités de ce pays montent au créneau , et fassent entendre raison aux forces de sécurité ,qui doivent retourner à l’école de la déontologie et des droits de l’homme . Au-delà des amendes , on peut avoir recours à des peines contraignantes contre les contrevenants .Par exemple , leur demander de se mettre au service des services de l’Etat , pendant au moins trois jours .En ces moments d’inquiétudes et de quasi confinement ,aucune famille ne souhaite qu’un de ses membres soit traité comme Botha traitait les Noirs à Soweto. L’heure est à l’union de toutes les forces vives .Donc évitons de saper les bases de cet élan de solidarité nationale autour du combat contre le Coronavirus, combat que nous sommes obligés de mener , de concert ,et dans l’honneur , pour notre propre survie .Depuis le début la seule fausse note a été distribuée par ceux qui n’ont pas eu le réflexe de s’armer du professionnalisme qui requiert de la pédagogie et de l’observance des règles déontologiques.
J’ai été sidéré et ulcéré d’entendre certains citoyens prôner le règne de la jungle .