Noo lank dénonce les abus de pouvoir contre Boubacar Seye et le policier radié

Noo lank considère l’arrestation de Boubacar Seye de Horizon sans frontières comme un acte flagrant d’abus de pouvoir et une tentative d’intimidation contre une personnalité de la société civile engagée, crédible, sincère et reconnue par ses pairs.

Si l’Etat se sent diffamé par les propos du président de Hsf, il devait d’abord déposer plainte contre Boubacar Seye par le biais de l’agent judicaire de l’Etat, et que Mr Seye, informé par voie d’huissier, se prépare en conséquence pour se défendre. C’est cela l’Etat de droit. L’Etat ne peut, sans avoir suivi cette procédure, ordonner au procureur de l’arrêter manu militari sur simple instruction du ministre de la justice ou du président de la République. Une telle procédure est typique d’une république bananière qui ne prête aucune importance a la forme et aux règles élémentaires de procédures judiciaires.

Les propos de Boubacar Seye ne sont ni diffamants ni inexacts. Ils vont dans le même sens que ceux du premier ministre Français Edouard Philippe, qui, lors de sa visite à Dakar en Novembre 2019, a bien dit que le Sénégal a reçu 2 milliards d’euros, soit 1310 milliards FCFA depuis 2007 dans le cadre du fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique et que ces efforts devaient produire des résultats. C’est l’équivalent de 93 milliards par an. Enrobés de diplomatie, ces propos de l’ex premier ministre Français en disent long sur leur sens. C’était une manière évidente d’indexer l’état du Sénégal, lors de cette visite, un acte de dénonciation publique pour prendre a témoin l’opinion nationale sur la mal utilisation de ces fonds. C’est ce que Boubacar Seye a repris en se limitant au montant de 180 milliards FCFA. Il n’a nommé personne, mais juste révélé ces faits. Il reste entendu que toute utilisation de cet argent à des fins autres que celles pour lesquelles ces fonds étaient destinés est un détournement.

Si l’Etat du Sénégal a effectivement perçu près de 93 milliards par an, en 13 ans, pour combattre l’émigration des jeunes, sans résultat, ce serait un vrai scandale. Si ces sommes étaient allées à l’emploi des jeunes, la situation ne serait pas pire en matière d’émigration clandestine, comme les sénégalais et la communauté internationale ont pu constater avec le naufrage et la disparition de centaines de jeunes en mer. Il faut donc auditer leur utilisation pour édifier les sénégalais et non s’employer à intimider et faire taire ceux qui dénoncent ces détournements.
Noo Lank soutient cette demande de transparence et d’audit.

La radiation du policier Pape Boubou Diallo est aussi un abus de pouvoir flagrant de l’Etat. Il lui est fondamentalement reproché son acte de déférence envers son chef religieux. Or, rien dans la loi au Sénégal, n’interdit des postures de déférence envers des autorités religieuses, traditionnelles ou toute autre personne.

Le ministre Antoine Diome, magistrat, ne peut manquer de le savoir. C’est donc pour lui coller un motif autre qu’ils ont invoqué l’abandon de poste. Ce motif est tout sauf sérieux. Combien de fonctionnaires au Sénégal, désertent leur travail pendant des jours et mois, sans qu’une seule sanction ne leur soit appliquée. Noo lank exige le traitement équitable des citoyens devant la loi, peu importe leurs croyances religieuses. Même si le collectif ne soutient pas la génuflexion des hommes qui incarnent la république, c’est au sommet qu’il faut commencer avant de punir les auxiliaires pour de tels actes. Antoine Diome est allé s’agenouiller publiquement des sa nomination comme ministre. Le président de la république Macky Sall ne s’en cache pas non plus. Pourquoi auraient ils plus de vertu républicaine et de liberté de conscience que ce policier. Leurs actes ont été plus médiatisés que celui de pape Boubou Diallo et ils incarnent la république de manière plus autoritaire.

Ce jour 18 janvier 2021