Papa Massata Diack charge la justice française : « C’est une accusation infâme et rabaissant »

DiackPapa Massata Diack, face à la presse ce lundi, a tiré à boulet rouge sur la justice française qui l’a condamné à 5 ans de prison ferme assorti d’un mandat d’arrêt international, un million d’euro d’amende et une interdiction d’exercer dans le domaine du sport.

Diack-fils a dénoncé les violations de ses droits dans cette procédure et le refus de renvoyer le procès pour permettre à ses avocats d’y prendre part. D’après Papa Massata Diack, les faits qui lui sont imputés ne sont portés, pendant 5 ans, que sur : deux emails, un sms, un virement bancaire, une note supposée envoyée par des russes. « Il n’y aucune preuve attestant ma culpabilité », se défend-il devant les caméras. Avant de préciser : « je ne suis pas devenu opportuniste conseiller de Lamine Diack parce que mon père est président de l’IAAF. Je n’étais pas là pour prendre de petites enveloppes ou de faire du trafic d’influence. Je connais l’athlétisme ».

D’après lui, ce n’est pas pour se faire de l’argent qu’il a rejoint l’athlétisme. « C’est une accusation infâme et rabaissant. Ma société est dument établie. Ce n’est pas dans l’athlétisme que je devais aller pour gagner de l’argent. Ce sont des miettes qu’on gagne dans l’athlétisme comparé au football », a déclaré Papa Massata Diack. Qui, selon nos confrères d’Emedia, dans le même sillage, a battu en brèche les accusations selon lesquelles il a fui la France aussitôt après que la machine judiciaire a été déclenchée. Il persiste et signe qu’il n’a jamais fui. Etayant ses propos, il indique qu’il vit au Sénégal de manière permanente depuis 2001. Mieux, ajoute-t-il : « je n’ai ni appartement, ni carte séjour, ni de compte bancaire à Paris ou à Monaco. Je n’ai pas non plus de passeport français ».

Pour lui, il y a des failles dans l’enquête qui a été menée contre lui. Ce, d’autant plus que tous les documents versés dans la commission rogatoire n’ont pas été exploités par les juges qui ont rendu la décision le condamnant.

Un jugement qui, à son avis, est l’opposé de toute logique. « La justice française est en train de bafouer le droit pénal. Elle est en train de réécrire le droit pénal. La Justice française est en train de se foutre de nous. Dire que Papa Massata Diack a gagné de l’argent de manière indue est inacceptable. Je refuse cette accusation », a dénoncé le fils de Lamine Diack.

Dans le même sillage, il a indiqué que la décision relative à l’interdiction d’exercer le sport l’a fait rigoler. Selon lui, on peut l’interdire à exercer dans le domaine de l’athlétisme mais pas dans les autres sports comme le football. « Il y a du racisme dans cette histoire. Il n’y a pas du droit dans la décision. C’est un procès de la morale. On ne peut pas me dénier d’exercer ma profession, ni ma passion pour le sport mondial, africain ou arabe. Je suis un militant du sport. Je ne suis pas dans les combines politiques. Je ne finance pas des activités politiques. C’est absolument aberrant ce que la justice française vient de faire. Elle prouve qu’elle n’est pas indépendante. C’est une farce », proteste-t-il.

Estimant que son père et lui sont victimes de racisme, il estime que leurs détracteurs ne pensaient pas que son père allait réussir la mission qui lui a été confiée. « Ils ne s’attendaient à ce que Lamine Diack réussisse. Lamine Diack, en 16 ans de présidence, a rapporté à l’IAAF 835 millions de dollars », se félicite-t-il avant de réitérer qu’il va interjeter appel pour attaquer la décision rendue en première instance contre lui.