Présidentielle à Bissau…Les religieux s’en mêlent

Election présidentielle en Guinée Bissao: les religieux demandent le respect de la volonté poulaire dans les urnes.

Les trois confessions religieuses du pays, à savoir : l’Église catholique et le Conseil des Églises évangéliques et les trois associations de religion musulmane (le Conseil national islamique, le Conseil supérieur islamique et l’Association des imams de Guinée-Bissau) ont appelé les responsables des organes souverains et des dirigeants politiques à respecter la volonté du peuple exprimée lors des élections. En plus de respecter les lois du pays,  » des instruments d’orientation sur la façon de vivre en démocratie « .

C’est dans un message des chefs religieux lu par Mgr José Camnate Na Bissign, évêque de Bissau, à l’occasion des élections présidentielles le 24 novembre. Dans le même message, les représentants religieux de Guinée-Bissau ont laissé un message de réflexion écrit en créole de Guinée-Bissau : – Garandis Kuma « fidju de si n´sibiba never ka padidu » (pensez avant d’agir). En d’autres termes, ils veulent que cette phrase signifie que les actions des dirigeants politiques doivent être précédées de réflexions fortes pour le bien-être de la population.

« S’il y a une volonté exprimée par le peuple et qu’il y a un gouvernement qui sort des élections, ce gouvernement doit mériter le respect de tous et le laisser travailler pendant le péridium pour lequel la gouvernance du pays a été confiée. Outre le respect de la volonté du peuple, les lois du pays doivent également être respectées, car ce sont des instruments qui guident la manière de vivre en démocratie », peut-on lire dans le message commun.

Dans le même document, les chefs religieux avertissent qu’à l’approche du nouveau référendum,  » des signes et des faits inquiétants apparaissent avec les tendances prononcées à l’instrumentalisation religieuse ethnique, l’usage fréquent d’un langage de violation et le non-respect des principes démocratiques « .

Ainsi que le recours à la diffamation et à la désinformation et la « volonté délibérée de diviser pour régner ». Enfin, c’est-à-dire suivre la logique selon laquelle « la fin justifie les moyens ».

Le peuple bissau-guinéen, en particulier les électeurs, sont invités, comme par le passé, à faire preuve, comme par le passé, de leur esprit patriotique traditionnel, de leur grande civilité et de leur participation active et démocratique le jour du scrutin. En ce qui concerne les candidats en lice, ils recommandent qu’au vu des résultats, ils sachent les accepter dans l’esprit du Far Play démocratique et qu’en cas de litige, ils n’aient recours qu’aux moyens légaux que la loi leur réserve.

Les appels ont également été étendus aux professionnels de la Communication Sociale, notamment en ce qui concerne le respect de leur déontologie professionnelle et que par leur information stimule la discipline, l’ordre, le respect de l’autre, favorisant un climat de justice et de paix sociale.

A la communauté internationale, de continuer à exprimer sa solidarité uniforme avec le peuple bissau-guinéen et, par conséquent, de permettre à la nation guinéenne d’être en mesure de prendre sa place dans ce réseau de coopération internationale dans un avenir proche.