Ultimate magazine theme for WordPress.

Rockey Africa Limited exclu de la BAD pour…fraude

0
Le Groupe de la Banque africaine de développement a annoncé, mardi, l’exclusion, pour une durée de 18 mois, de la société Rockey Africa Limited et cinq de ses filiales notamment Aerospace Aviation, Eva-Top Agencies, Sony Commercial Agencies, Beta Trading Company et Madujey Global Services, toutes enregistrées au Kenya, ainsi que son président-directeur général, Robert Kamau Wachira, pour 24 mois, en raison de pratiques frauduleuses. Les exclusions ont pris effet depuis le 5 août dernier.
Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a établi que Rockey Africa Limited, ses filiales et Robert Kamau Wachira se sont livrés à des pratiques frauduleuses dans plusieurs appels d’offres, dans le cadre du Projet de soutien à l’amélioration de la qualité et de la pertinence dans l’enseignement supérieur, la science et la technologie mis en œuvre au Kenya.
Durant la période d’exclusion, Rockey Africa Limited, ses filiales et son Pdg ne seront pas éligibles à participer à des projets financés par le Groupe de la Banque africaine de développement. En outre, ces exclusions peuvent faire l’objet d’une application croisée de la part d’autres banques multilatérales de développement, notamment la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale, en vertu de l’Accord pour l’exécution mutuelle des décisions d’exclusion.
À l’expiration de la période d’exclusion de 18 mois, Rockey Africa Limited et ses filiales ne seront autorisées à participer à des appels d’offres de projets financés par le Groupe de la Banque africaine de développement qu’après avoir mis en œuvre des programmes de conformité à l’intégrité conformes aux directives de la Banque. Robert Kamau Wachira ne pourra être à nouveau éligible qu’à la condition d’avoir suivi une formation accréditée en intégrité des affaires, à l’expiration de sa période d’exclusion de 24 mois, rapporte Libération Online.
laissez un commentaire