Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko défie Macky Sall : « S’il est garçon, qu’il dise simplement… »

4

Ousmane Sonko est un fieffé provocateur qui joue pleinement son rôle d’opposant perturbateur. Après avoir fait douter l’Etat sur sa capacité à le neutraliser, le leader du Pastef pousse maintenant le bouchon plus loin en défiant Macky Sall sur la présidentielle 2024. Pour Ousmane Sonko, Macky n’ose pas déclarer sa candidature pour un troisième mandat consécutif. Dans une vidéo (ci-dessous) qui circule, Sonko le défie publiquement de déclarer cette candidature s’il est vraiment un…garçon. Cette adresse à Macky est encore une stratégie de déstabilisation du camp présidentiel. Sonko veut pousser Macky à sortir de sa cachette et cherche à le mettre en mal avec le peuple…

sonkoOusmane Sonko déroule sa nouvelle stratégie. Elle consiste à défier, menacer le pouvoir et à pousser à la faute, le Président de la République Macky Sall. Parler du Président de la République, la première institution de ce pays, comme il l’a fait lors de la dernière conférence de presse, en osant même lui dire : S’il est garçon, qu’il dise simplement qu’il est candidat à un troisième mandat. Et en ce moment, ce ne sera pas l’affaire de Ousmane Sonko ou de Déthié Fall, mais du peuple sénégalais »…

Ousmane Sonko menace donc Macky Sall d’un soulèvement populaire, s’il déclare sa candidature à l’élection présidentielle en 2024. Suffisant, et faisant preuve d’une arrogance, il poursuit : « moi, je ne vais plus parler, s’il sera candidat, j’attends qu’il se prononce, en ce moment on verra ». Comme, si c’est lui qui fixe les règles du jeu au Chef de l’Etat et au peuple sénégalais. Ousmane Sonko menace de ses foudres si Macky Sall présente sa candidature en 2024.

Ousmane Sonko ne sait que faire ça. Depuis que son dossier sur l’affaire l’opposant à Adji Sarr est en train d’avancer au plan judiciaire. Il provoque, en déclarant lui-même le Président de la République out à cette élection, alors que lui-même pourrait être déclaré hors course à cette échéance, en cas de condamnation par la justice sur cette affaire de viols répétitifs dont il fait l’objet d’accusation de la part de Adji Sarr qui dit en être la victime.

sonkoLe leader du Pastef fait feu de tout bois en voulant faire réagir Macky Sall, en le poussant dans ses derniers retranchements. Il ne se limite pas seulement à menacer Macky Sall, mais, il défie la justice, en soutenant : « Ce qu’on reproche à Pape Alé Niang, je suis le premier à le dire et je détiens les documents, pourquoi ils ne sont pas venus m’arrêter ? ». Il s’empresse d’ajouter : « Ce ne sont pas des menaces, nous alertons pendant qu’il est temps. Être juge ne veut pas dire être au-dessus des citoyens ».

Ousmane Sonko va-t-il continuer impunément à s’en prendre aux institutions. Pour le moment, l’Etat donne l’impression d’avoir peur de Ousmane Sonko. Face à ses multiples sorties de Ousmane Sonko, les autorités n’ont plus le droit de fermer les yeux. La justice doit le convoquer et l’obliger à sortir les documents qu’il déclare détenir. Ousmane Sonko bluffe. Il fait allusion à un soulèvement populaire si Macky Sall présente sa candidature en 2024.

Ousmane Sonko sait bien que les Sénégalais, tirant les leçons des évènements de mars 2021 qui ont causé la mort de quatorze personnes, refusent de le suivre dorénavant dans ses folies aventurières. Il en a eu l’amère expérience lorsqu’il avait appelé le peuple à un deuxième concert de casseroles en juin dernier. De même que lorsqu’il avait tenté désespérément de faire descendre les Sénégalais dans les rues pour manifester contre l’invalidation de la liste majoritaire nationale de Yewwi Askan Wi aux élections législatives, il s’est rétracté face à la détermination des autorités décidées à ne pas reculer sur cette affaire.

Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (4)