Sophie Gladima perd le contrôle du carburant…elle a échoué

Madame Sophie Gladima, ministres du Pétrole et des Energies

La ministre du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima a chaud. Depuis quelques jours les automobilistes dakarois vivent un véritable calvaire. La grève des transporteurs d’hydrocarbures a fortement impacté le secteur. Ces travailleurs semblent ne pas être prêts à lever le pied. Pendant que les automobilistes souffrent le martyr, la ministre du Pétrole et des Energies, Aissatou Sophie Gladima, semble incapable de régler cette situation qui commence à faire beaucoup de dégâts dans tous les secteurs d’activité.

Depuis vendredi, le syndicat des travailleurs du Pétrole et du Gaz a entamé une grève de 72 heures. Ces travailleurs réclament l’augmentation de l’indemnité de logement, la prime de risque, la prime de déchets, la prime de naissance et l’indemnité de traite bénévole du pétrole. Pour atteindre leurs objectifs, ils n’ont pas hésité à paralyser le système. Toute la distribution d’hydrocarbure a été perturbée depuis vendredi. L’essence est devenue une denrée rare en cette période de Ramadan où tout le monde voudrait rentrer chez lui avant l’heure de la rupture.

Les premières conséquences de la grève des transporteurs d’hydrocarbures n’ont pas tardé à faire surface. Depuis l’annonce de la cessation de leurs activités, c’est la ruée vers les stations d’essence qui sont désormais à sec pour la grande majorité, faute d’approvisionnement. Automobilistes et motocyclistes n’hésitent pas à passer des heures devant les stations de service pour pouvoir avoir une goutte de carburant. Ces longues files d’attente impactent aussi la circulation. Sous le regard impuissant du ministre de tutelle, Sophie Gladima.

La ministre du Pétrole et des Énergies, Aissatou Sophie Gladima, semble avoir perdu le contrôle de son secteur. Le ministère n’a pas su anticiper face aux menaces des transporteurs d’hydrocarbure. « Si la grève continue, il y aura rupture, ça c’est clair », alertait Sara Konaré sur les ondes de la RFM depuis mercredi passé. Mais ces menaces n’ont pas été prises au sérieux. La ministre de tutelle a laissé faire. Ce qui a conduit à la situation que vivent les sénégalais depuis vendredi.

Après tous les dégâts occasionnés par cette grève, une trêve a été faite, ce samedi. Le staff du ministre du Pétrole et des Énergies, Aissatou Sophie Gladima, appuyé par le ministère du Travail, et une partie des travailleurs des transports d’hydrocarbures autour de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS) ont pu trouver une solution provisoire. Les transporteurs ont décidé de lâcher du lest en attendant le 28 avril, date à laquelle les parties prenantes vont se rencontrer pour essayer de trouver une solution définitive. Cette fois-ci le ministre des Energies et du Pétrole, Sophie Gladima a intérêt à assurer sinon la prochaine grève pourrait être fatale pour notre pays.

Aliou Niakaar Ngom

laissez un commentaire