Ultimate magazine theme for WordPress.

Troisième mandat…L’APR décharge Macky Sall

L'APR ne se fie plus à la parole de Macky sur le troisième mandat et préfère attendre la décision du Conseil Constitutionnel
0

La sortie de Mimi Touré sur l’impossible troisième mandat de Macky  a été rejetée par les membres de l’APR qui préfèrent se référer à la décision du conseil constitutionnel plutôt qu’à la parole de Macky Sall qui s’était prononcé le 31 décembre 2018 sur son second et dernier mandat. L’APR pousse Macky à se dédire comme il l’a fait sur son mandat de 7 ans qu’il avait voulu faire en 5 ans mais le conseil constitutionnel l’en avait empêché. En serait-il de même pour le troisième mandat ?

Troisième mandat : Face à Mimi Touré, l’APR veut tout ramener à la décision du Conseil constitutionnel

Il n’a fallu que de la plus petite sortie d’Aminata (Mimi) Touré sur la limitation du nombre de mandats du Président de la République Macky Sall pour que tous les faucons de l’Alliance pour la République (APR) paniquent. Ce sont eux qui ont manœuvré pour que Mimi Touré soit limogée de son poste de Présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), et que Mohammad Boune Abdallah Dionne, Amadou Ba, Oumar Youm, Aly Ngouille Ndiaye, Mouhamadou Makhtar Cissé perdent leurs postes auprès du Chef de l’Etat.

Voilà qu’ils doivent en être les seuls à porter la responsabilité. Mimi Touré va faire mal. Et, elle sait là où le mieux attaquer le pouvoir. C’est-à-dire démontrer que le Président de la République Macky Sall ne peut être candidat à un troisième mandat en 2024. En faisant sa sortie à l’occasion d’une conférence virtuelle organisée par le National democratic institute (NDI), Mimi Touré remue les faucons. La preuve que le troisième mandat de Macky Sall est acté par l’APR.

C’est que ce sont des membres de l’APR, qui preuve d’arguments solides et incapables d’apporter la réponse pertinente à Mimi Touré qui a soulevé que c’est le Chef de l’Etat Macky Sall lui-même qui a déclaré publiquement qu’il ne peut être candidat à un troisième mandat consécutif, préfèrent se référer à la décision du Conseil constitutionnel. En se montrant plus royaliste que le roi, ils préfèrent se référer à la décision du Conseil constitutionnel plutôt qu’à la parole de Macky Sall.

C’est que les faucons n’ont aucun argument sérieux à opposer face à celui soulevé par Mimi Touré. Aujourd’hui, ils en sont à pousser le Président de la République Macky Sall à faire du « wax waxet » (à renier sa parole). Ainsi, après Abdoulaye Khouma qui a riposté à la sortie de Mimi Touré en soutenant qu’elle n’était pas le Conseil constitutionnel, c’est au tour de Moussa Sow de la Convergence des jeunesses républicaines (COJER), illustre inconnu, et qui veut se propulser au-devant de la scène pour avoir toujours été un pion du « naar » que vous connaissez qui se trouve au Palais de la République, d’entrer dans le débat. Pour répondre à Mimi Touré, il essaye d’orienter tout vers le Conseil constitutionnel.

Moussa Sow soutient : « Seul le Conseil constitutionnel est habilité à répondre à cette question ». Quel manque d’arguments. Si, ce n’est que ce que leur mentor « naar » du Palais les a appris à répondre face à cette question du troisième mandat. Une chose demeure en tout cas constante à travers ces éléments de réponse après la sortie de Mimi Touré : L’APR pousse Macky Sall à se dédire comme il l’avait fait sur son mandat de 7 ans qu’il avait voulu ramener en 5 ans, mais en était empêché par le Conseil constitutionnel. Et, il pourrait en être de même avec le troisième mandat.

La rédaction de Xibaaru

laissez un commentaire