Ultimate magazine theme for WordPress.

Un élève de Terminale au coeur d’un réseau de prostitution sur Facebook

0

Âgé de 18 ans, A.B. Goudiaby est en classe de terminale. Voulant se remplir les poches, il va avoir l’idée de proposer ses services à… des prostituées. C’est ainsi que le jeune homme va dans un premier temps entrer en contact avec Ndèye Awa et lui proposer de lui apporter plus de visibilité en partageant son activité sur une plateforme Facebook spécialement dédiée à la prostitution. A la barre jeudi dernier, Dame Ndèye a affirmé avoir été réticente au début, surtout à cause de l’âge de son interlocuteur mais elle a fini par céder face aux arguments de ce dernier.

Altruiste, elle incite son amie Atta (fille de joie aussi) à faire de même. Avec leurs consentements et rapporte L’Observateur, A.B Goudiaby publie des photos de ces dames mettant en avant leurs atouts dans un groupe Facebook avec des légendes osées. Le problème pour le jeune proxénète est qu’en joignant les numéros de ses ‘’clientes’’ avec les photos, il a commis un gros lapsus calami. En effet, au lieu d’écrire de 34 à la fin d’un numéro, il aurait inversé les chiffres et inscrit 43. Une erreur qui va lui coûter cher.

Il se trouve que le numéro mentionné sur le post Facebook appartient à M. Seck qui n’avait rien demandé. Face aux nombreux appels incessants et indécents d’inconnus lui sollicitant des parties de plaisirs. Excédée, elle va porter plainte contre X après que l’un de ses interlocuteurs lui aurait dit que son numéro a été publié sur une plateforme dédiée à la prostitution. Les enquêteurs ont pu grâce à l’aide de la cybercriminalité remonter jusqu’à A.B Goudiaby.

Devant la barre pour proxénétisme, diffusion d’images et d’écrits contraires aux bonnes mœurs et complicité, l’élève et les deux filles de joie ont été entendus par le juge. Pour Ndèye Awa, la « faim » justifiait les moyens : « A la base, je suis une marchande ambulante. Mais avec l’ouverture des classes, je ne pouvais pas assurer les frais de scolarité de mes enfants. C’est la raison pour laquelle je me suis adonnée à la prostitution. »

Le tribunal a condamné A.B Goudiaby à 2 ans de prison, dont un mois ferme et les 2 belles de nuits ont écopé de 2 ans dont 15 jours ferme.

 

laissez un commentaire