Une deuxième vague très bientôt en France en…oct-nov

Depuis quelques jours, un consensus semble se dégager sur le fait qu’un rebond de l’épidémie ou deuxième vague, dans les prochaines semaines apparaît inévitable.

Le virus est toujours là et la menace a été réévaluée comme de plus en plus présente : si les autorités publiques et le ministère de la Santé entendent faire en sorte que cette résurgence soit la plus limitée possible, pour limiter une « second vague » ou une reprise d’ampleur, d’ores et déjà, Santé Publique France a signalé une « nouvelle tendance à l’augmentation de la circulation du virus SARS-CoV-2 » en France métropolitaine (plus de détails plus bas dans notre point hebdomadaire sur l’épidémie).

Le 9 juillet, Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, avait pris la parole dans Le Monde, pour faire pat de son inquiétude : « On ne voit pas comment on éviterait un retour du virus dans l’hémisphère Nord à l’automne, donc une possible deuxième vague en octobre-novembre », estimait-il. Et d’ajouter, plus explicitement : « Il faut que tout le monde comprenne que – sans même parler de la deuxième vague – nous sommes à la merci d’une reprise en France ».

Pour la directrice adjointe de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique, Dominique Costagliola, il faut éviter les événements de « super-propagation », comme les grands rassemblements sans mesures de protection. « Le virus continue à circuler, donc si on lui offre de nouvelles occasions de « super-propagation », il les saisira », expliquait il y a quelques jours la scientifique dans un entretien à The Conversation.

Les contaminations ont certes diminué, mais pour Dominique Costagliola, « il ne semble pas que le recul observé soit dû à la hausse des températures. On ne peut donc pas exclure que l’épidémie reprenne. »