Wade est contesté et Karim est vomi…C’est la révolution au PDS

PDS : Le crépuscule de la monarchie sonne

L’ancien Président de la République du Sénégal ne doit pas en croire de ses yeux. En ce moment, il doit même arriver à se poser des questions. Est-ce à bien lui que tout ceci doit arriver ? Lui, le puissant Pape du Sopi, dont on a l’habitude de clamer si haut et fort qu’il est « la seule constance au Parti démocratique sénégalais (PDS) ». Mais, voilà qu’il voit ses décisions être mises en cause au sein de ce PDS. Non seulement, elles sont mises en cause, mais ses adversaires au sein du PDS, ayant décidé de se mettre sans cagoules, viennent de mettre sur pied, un mouvement dénommé : « Alliance Suqali Soppi ».

L’histoire retiendra que cette fronde à l’intérieur de son parti, a pour seul but de se mettre frontalement en rébellion contre lui, en vue de barrer son dessein de « dévolution monarchique » des rênes du PDS à son fils Karim Wade. Ses frondeurs au sein du PDS ne lui donnent aucune autre alternative, sinon qu’il prenne l’initiative de les en exclure. Or, ces gens que sont Oumar Sarr, Babacar Gaye, Me El Hadj Amadou Sall et autres, très inspirés par leur ancrage au PDS, ont décidé tout simplement d’organiser leur résistance contre lui, tout en ne démissionnant pas.

Une bataille qui s’annonce âpre. Les frondeurs contre Me Abdoulaye Wade ont décidé de lui convoquer les textes du PDS, afin de justifier le sens de leur combat. « Depuis 1974, date de sa création jusqu’à ce jour, le Parti Démocratique Sénégalais est au cœur des combats pour la démocratie et l’élargissement des espaces de liberté. Il en a payé le prix fort. Me Abdoulaye Wade, secrétaire général national du parti, a dans ce combat, payé de sa famille, de sa santé, de son patrimoine, mais surtout de sa liberté tant les assauts des partisans de l’immobilisme, réfractaires au changement, étaient cruels. D’autres militants et responsables continuent de subir le même sort. »

Ils justifient ainsi le sens de leur combat contre le régime du Président Macky Sall qui, au lendemain de la seconde alternance, s’en était pris au PDS et à ses militants. « Contre toute attente, les nouveaux vainqueurs, décidant de réduire notre parti à sa plus simple expression, ont exercé une incroyable et inadmissible pression sur notre appareil, nos dirigeants et nos militants pour tenter de casser la nouvelle dynamique ainsi enclenchée dont nul ne doutait de sa pertinence à nous assurer la reconquête du pouvoir. Malgré toutes les agressions, les arrestations et les emprisonnements de ses responsables et militants, le PDS, qui s’était choisi un candidat, en la personne de Karim Wade, est toujours resté porteur d’une ambition dans laquelle s’est retrouvée une large majorité de citoyens manifestement disposés et prêts à accompagner notre projet de reconquête du pouvoir. »

Seulement, malgré tous les efforts, Karim Wade a choisi la voie facile, en restant hors du pays, profitant de son « exil doré », attendant que tout lui tombe des ciels. Et, c’est aujourd’hui, pour ce même Karim Wade qu’ils sont sur le point d’être immolés à l’autel du sacrifice. Ce qu’ils ne sauraient accepter, d’où tout le sens de leur combat. « Le PDS, qui est et restera un parti libéral social et démocratique, ne peut souffrir l’absence de débats avec une direction unilatérale prenant des décisions en dehors de ses instances régulières. Autant une place prépondérante est accordée au secrétaire général national, autant les instances, notamment les fédérations et le bureau politique, ont des compétences statutaires qui ne peuvent être déléguées à aucun dirigeant. (Cf Articles 20 et 21 des statuts). »

Me Abdoulaye Wade peut bien activer ses officines à l’intérieur du PDS, pensant isoler Oumar Sarr et compagnie, seulement ces derniers en fins stratèges, ont décidé de ne pas lui faciliter la tâche, mais plutôt en restant au PDS, tout en appelant ses militants à se battre pour le respect des idéaux de leur parti. Au PDS, le crépuscule de la monarchie est arrivé.

La rédaction de Xibaaru