Alpha Condé : « Pourquoi accepter que certains chefs d’État changent de Constitution et que d’autres ne puissent pas le faire »

Alpha Condé est certainement parti pour briguer un troisième mandat en Guinée. A l’opposition qui l’accuse de vouloir changer la Constitution afin de se présenter aux prochaines élections, le président guinéen répond : «Mon parti décidera».

Les électeurs guinéens iront aux urnes le 1er mars prochain. Il s’agira d’élire une nouvelle Assemblée nationale, mais aussi de voter une nouvelle Constitution. Une initiative du Président Alpha Condé qui préoccupe l’opposition. Celle-ci manifeste depuis de nombreux mois. Elle soupçonne Condé de vouloir changer de Constitution afin de se donner le droit de briguer un troisième mandat. Et elle ne semble pas avoir tort. Puisque le numéro un guinéen laisse la porte ouverte à un troisième mandat.

Interpellé sur la question au cours d’un entretien avec Rfi et France24, il répond : «Chaque parti est libre de présenter qui il veut». A ceux qui l’accusent de vouloir changer la Constitution de son pays juste pour avoir le droit de briguer un troisième mandat, le chef de l’Etat guinéen réplique : «Ce sont des critiques à géométrie variable, c’est-à-dire qu’on peut accepter que certains chefs d’État changent de Constitution et que d’autres ne puissent pas le faire.» Et de s’interroger : «Pourquoi le cas de la Guinée poserait-il problème ?
Qu’est-ce qui est plus démocratique qu’un référendum ?
» «L’opposition est libre de mener la campagne qu’elle veut, mais c’est le peuple guinéen qui décidera. Si le parti veut me présenter, il me présentera. C’est le parti qui décidera. Le Rpg (son parti, ndlrest libre de présenter un autre candidat», soutient Alpha Condé. Qui ajoute : «Des présidents font quatre, cinq, six mandats.»
Au ministre français des Affaires étrangères qui critique sa démarche, Alpha Condé répond : «Le Drian ne connait pas la Guinée.» Mais il précise : «Je ne juge pas la France. Je n’ai pas été élu par la France.»

Invité, par ailleurs, à réagir sur les propos du général Umaro Sissoco Embalo qui l’accuse d’avoir tout fait pour qu’il ne devienne président de la Guinée-Bissau, Condé martèle : «Je me préoccupe pas de ce qu’il dit. Pour moi, c’est un non-évènement.  La Guinée Bissau est un régime parlementaire, celui qui a le pouvoir, c’est le Premier ministre. Je ne fais pas attention à ce qu’Embalo dit. D’ailleurs, je ne l’ai même pas écouté.»

Rfi avec France24