Après Karim et Khaf…Sonko à l’abattoir

Ousmane Sonko accusé de viols : Encore, un coup de l’Etat ?

Le leader du Pastef Ousmane Sonko est mis devant l’actualité. Cette fois, pas pour ses positions politiques. Ousmane Sonko est trempé dans des affaires de mœurs. Incroyable ! Un homme politique de sa dimension, être mêlé dans une affaire de viols sur une fille dans le salon de massage qu’il a l’habitude de fréquenter. L’affaire semble trop légère pour qu’on n’y voit pas une main de l’Etat derrière tout ça.

Comment Ousmane Sonko peut-il tomber si bas en violant une fille qui avait l’habitude de la masser dans le salon où elle exerce ? A supposer même que le viol soit avéré, les Sénégalais en viendront à la conclusion que c’est l’Etat qui est derrière ces accusations contre Ousmane Sonko. L’Etat politique et policé de Macky Sall se retrouve face à ses mensonges.

Il y a eu Karim Wade et ses 6 mille milliards, Khalifa Sall et les milliards de la mairie de Dakar… Et maintenant, c’est Ousmane Sonko qu’on ne peut accuser de détournement ou d’enrichissement illicite, mais qui se trouve curieusement accusé de viols. L’Etat du Sénégal a tellement joué et rusé avec ses victimes qu’il sera difficile pour les Sénégalais de croire à la véracité des accusations portées contre Ousmane Sonko. Les affaires des 94 milliards FCFA, d’Atlas et Mercalex, tout cela après la radiation de Ousmane Sonko de la fonction publique, feront croire difficilement à cette accusation de viol.

Le chef du Parti Pastef est un homme politique qui aspire à diriger le Sénégal peut-il tomber si bas, en offrant à ses adversaires politiques, les propres armes de sa liquidation politique ? Cette histoire est trop louche pour être vraie. La morale politique voudrait que l’on puisse combattre son adversaire, mais en le faisant de façon décente. Ici, c’est le chef d’un parti politique, qu’on le veuille ou pas, qui est représentatif, quelqu’un en qui des Sénégalais fondent leur espoir, il serait regrettable de le voir mêlé à une affaire de viols.

Et puis, comment le leader du Pastef a-t-il réussi dans un salon de massage, à violer répétitivement une grande fille, sans faire du bruit. Pourquoi la fille qui se dit victime de ses assauts sexuels, a-t-elle attendu si longtemps pour le dénoncer, alors qu’elle est majeure ? Il ne faut que l’on prenne si facilement les Sénégalais pour des demeurés qui vont tomber si facilement dans un tel panneau.

La rédaction de Xibaaru