Boycott du dialogue politique : la honte sur le PDS et les Wade

Le Pari démocratique sénégalais (PDS) doit se mordre les doigts pour n’avoir pas participé aux travaux sur le dialogue politique. Car finalement, toutes les principales revendications qu’émet sans cesse le PDS, sont prises en charge par les recommandations contenues dans le rapport déposé auprès du Chef de l’Etat Macky Sall. Ainsi le dialogue politique recommande : l’audit du fichier électoral ; l’évaluation du processus électoral ; l’élection des maires au suffrage universel ; la modification de la loi 81-17 sur les partis politiques ; le financement public des partis politiques ; l’autorisation et l’encadrement des marches ; la suppression de l’arrêté Ousmane Ngom ; la suppression du parrainage aux élections locales.

Des revendications fortes du PDS finalement prises en charge par le dialogue politique. Le dialogue politique est même allé plus loin en recommandant au Chef de l’Etat Macky Sall que les élections locales soient organisées à date échue en mars 2021. C’est pourquoi le PDS doit avoir aujourd’hui honte pour avoir exprimé au moment où les travaux sur le dialogue politique qu’il a boycotté, que ceci n’allait aboutir à rien.

La participation du PDS au dialogue politique aurait même pu permettre à l’opposition d’obtenir d’autres acquis.  Pire, à cause de son boycott, le parti libéral a même connu une crise interne, entraînant par la suite les départs d’Oumar Sarr et compagnie pas d’accord avec Me Abdoulaye Wade.

Karim Wade en exil au Qatar dont le dialogue politique prône qu’il puisse au même titre que Khalifa Sall également, retrouver ses droits civiques et politiques, n’avait d’ailleurs été étranger à ce boycott du PDS. Ironie du sort, grâce à ce dialogue politique, il pourrait être libre de participer aux prochaines compétitions électorales !

La rédaction de Xibaaru