Ultimate magazine theme for WordPress.

Comment Sonko a massacré sa ‘com’ et fait capoter une grosse opération

2

S’il y a une chose que Ousmane Sonko désire le plus, c’est occuper le siège de Macky Sall en 2024. Le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est obsédé par le pouvoir. Il est en train de tout faire pour maximiser ses chances. Le maire de Ziguinchor est même allé jusqu’à renier toutes les valeurs qu’il nous a vendues. Mais le patriote en chef devra régler un problème qui handicape sa progression. La communication au sein de ce parti de l’opposition est une véritable catastrophe.

Ousmane Sonko entre dans le lot des plus mauvais communicants du Sénégal. Le maire de Ziguinchor multiplie ses sorties maladroites ce qui provoque des réactions hostiles à son égard jusqu’à un niveau insoupçonné dont il est le seul responsable. Sa dernière sortie sur deux médias français démontre clairement la faiblesse du pool communication du patriote en chef. Ce face à face avec RFI et France 24 est un véritable échec de la part de El Malick Ndiaye et Cie.

La mauvaise Com’ de Sonko fait capoter l’opération charme à la France…

sonkoLa communication de Pastef a toujours été hostile à la France. Mais vendredi dernier, Ousmane Sonko a complètement changé de disque. Tel un loup apprivoisé, le maire de Ziguinchor s’est couché devant ses ennemis d’hier. Piégé par les journalistes sur la présence russe en Afrique, le maire de Ziguinchor est complètement passé à côté de la plaque avec le contexte actuel. La position de Sonko est contraire à celle du peuple malien qui a toujours vu en lui un sosie de Assimi Goita. Si on en croit le patriote en chef, c’est un mauvais choix de s’aligner avec la Russie.

Une très mauvaise réponse pour une personne qui a toujours vu la France comme un ennemi. Si le maire de Ziguinchor était entouré de bons communicants, il ne se serait jamais aventuré dans ce terrain glissant. Les défenseurs de la cause russe sur le continent commencent à voir Sonko comme un traître. Pour un homme d’Etat de son envergure, Sonko devait utiliser cet entretien pour asseoir son autorité en Afrique. Et quoi de plus légitime que de donner son avis sur l’affaire des militaires ivoiriens au Mali. Mais là aussi, il a encore raté la coche en se noyant dans son opération charme.

sonkoParlant de l’affaire Sweet Beauty, Sonko s’est perdu dans l’histoire du complot. Le patriote en chef a tout fait pour tenter de démontrer le complot d’Etat. Mais les expressions faciales des deux journalistes démontrent clairement qu’ils ne croient pas à la version du maire de Ziguinchor. Quoiqu’il en soit, la cellule de communication de Pastef, si elle existe, a commis une erreur stratégique. Cette sortie de Sonko était inopportune. Vu leur position vis-à-vis de la France, ils devaient préparer davantage cet interview de leur leader. Mais il fallait coûte que coûte trouver de quoi remplacer la manifestation avortée du 6 janvier.

Si le leader de Pastef s’était attaché les services d’une bonne équipe de communication, il ne commettrait pas toutes ces dérives. De bons conseillers en Com’ n’auraient jamais laissé Sonko faire de la France son pire ennemi. Les réponses qu’il a servies aux deux journalistes prouvent nettement que le maire de Ziguinchor gère tout seul sa com. El Malick Ndiaye ne fait que de la figuration sur les réseaux sociaux. Ses connaissances en communication politique sont très limitées, ce qui se répercute dans toutes les sorties médiatiques du boss de Pastef.

Cette mauvaise communication se répercute sur l’entourage du PROS. Pastef possède de très bons débatteurs, mais ce parti est gangrené par de mauvaises graines. Une partie de ces militants s’est donné le droit de vie et de mort sur les réseaux sociaux. Ils ont mis en place une véritable communication coordonnée. Il leur suffit de quelques secondes pour faire passer leur message. Malheureusement, la plupart du temps, ils préfèrent s’attaquer aux adversaires de leurs leaders, aux marabouts et à la première institution du Sénégal. Une image négative qui a fait de Pastef un parti violent de l’opposition radicale. Leur discours fait peur à bon nombre de sénégalais.

Cette dernière interview doit pousser les cadres de Pastef à imposer à Ousmane Sonko des professionnels pour travailler sa communication. Ce défaut risque d’être fatal au maire de Ziguinchor à treize (13) mois de la présidentielle de 2024.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)