Diaraf Sow donne la solution pour les pénuries de médicaments et…

IL EST BIEN POSSIBLE D’AVOIR DES MÉDICAMENTS EN PERMANENCE EN QUANTITÉ ET EN QUALITÉ DANS DES HÔPITAUX DE QUALITÉ ACCESSIBLES À TOUS.
Il est intolérable et inacceptable que le Sénégal connaisse des ruptures de médicaments essentiels à la vie tels le SAT (Sérum Anti Tétanique) contre le Tétanos, le CELESTEN, très efficace contre l’asthme…
La seule cause de cette rupture est que la PNA est financièrement étouffée. Les Établissements publics de santé (hôpitaux) qui ont une autonomie financière prennent des médicaments et ne sont jamais solvables; conséquence: la PNA n’a plus de quoi assurer la disponibilité des médicaments en qualité et en quantité sur toute l’étendue du territoire national.
En amont, les hôpitaux incapables d ‘être solvables sont extrêmement endettés et pour eux tous les moyens sont bons pour faire entrer de l’argent.
Résultat, tout patient emmené en urgence à l’hôpital risque de mourir s’il n’a pas une prise en charge financière personnelle directe ou indirecte contrairement aux recommandations de la Charte du Malade.
Effectivement, la réforme hospitalière de 1998 était bonne dans les textes si elle était appliquée à la lettre.
Malheureusement, de Senghor à Abdoulaye Wade passant par Abdou Diouf, la dette des hôpitaux ne cesse de s’accroître et une solution définitive efficace n’a jamais été trouvée.
En effet, le problème n’est pourtant pas difficile à régler, il suffit juste d’avoir un courage politique.
LA RESPONSABILITÉ DE L’ÉTAT ET DES SYNDICATS DE SANTÉ.
Les autorités depuis 1960, pour caser de la clientèle politique envoient des personnes incompétentes sans aucune qualification demandant aux Directeurs des hôpitaux de les embaucher. Ces embauchements excessifs à vau-l’eau de personnels non qualifiés ont fini par étouffer les hôpitaux ; tous leurs revenus ne servant désormais qu’à payer un personnel pléthorique et non qualifié.
Conséquences : les autorités hospitalières n’ont aucun sou pour relever le plateau technique et bien entretenir les machines médicales nouvellement acquises. Les syndicats de santé quant à eux ne permettent en aucun cas au Directeur des hôpitaux de prendre des mesures novatrices et urgentes pour réduire efficacement et définitivement les personnels pléthorique qui empêchent les hôpitaux de respirer et les sénégalais de pouvoir se soigner et être pris en charge même s’ils n’ont pas d’argent.
En définitive, les Directeurs des hôpitaux ne sont que des zombies pris en otage entre la hiérarchie et les syndicats de santé:
LA SOLUTION:
– Discussion sérieuse et position patriote des différents acteurs pour prendre ensemble les mesures nécessaires.
– Nettoyer profondément et sans état d’âme les hôpitaux de tout ce personnel non qualifié en renforçant les Médecins, Sages-femmes et infirmiers surtout dans les zones reculées.
– Payer définitivement les dettes des hôpitaux, ce qui leur permettrait à leur tour de payer les fournisseurs y compris la Pharmacie National d’Approvisionnement qui à son tour devra assurer la disponibilité de tous les médicaments.
– Endurcir et rendre compliquée toute possibilité de recrutement dans les hôpitaux selon une procédure rigoureuse et transparence basée sur les véritables besoins des hôpitaux en ressources humaines.
– Renforcer les plateaux techniques des hôpitaux mais surtout veiller à leurs entretiens.
– Que les malades eux aussi veillent à payer même après leurs sorties de l’hôpital car la santé à quand même un prix.
Me Diaraf SOW Sg national parti ADAE/J