Ultimate magazine theme for WordPress.

Evasion fiscale : le premier ministre ivoirien cité…(Pandora Papers)

Le premier ministre ivoirien Patrick Achi cité dans les Pandora Papers
0

Evasion fiscale, le premier ministre ivoirien Achi Patrick cité dans le dossier Pandora Papers

C’est la sensation de ce week-end. L’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), les « Pandora Papers », où 35 chefs d’État (anciens ou actuels) apparaissent comme des bénéficiaires de sociétés écrans.

Près de 12 millions de documents, provenant des centres offshore les plus opaques de la planète, ont été transmis par une source anonyme à un consortium de 150 médias internationaux, parmi lesquels le média tunisien Inkyfada et « Cash Investigation » en France.

Parmi les dizaines de milliers de propriétaires de sociétés révélés par les « Pandora Papers », dont 600 Français, figurent un nombre sans précédent de responsables politiques de haut niveau, aux quatre coins du monde. Les africains y figurent aussi en bonne place. On y retrouve notamment le Premier ministre ivoirien Patrick Achi.

Soupçon d’évasion fiscale, dissimulation d’actifs à l’étranger, l’enquête de Pandora Papers n’est pas vindicative ni accusatrice. Elle établit néanmoins que le Premier ministre ivoirien s’est livré à une pratique qui ne cadre pas forcément avec les volontés affichées de combattre la corruption et les mauvaises pratiques financières. Selon l’enquête menée par un consortium de journalistes à travers le monde, Achi Patrick a mis sur pied une société hors de la Côte d’Ivoire, dans des conditions jugées opaques.

En 1998, alors qu’il conseille le ministre de l’énergie, Achi Patrick est parvenu à créer la société Allstar Consultancy Services qu’il a logée aux Bahamas. D’après les journalistes qui ont eu accès à des documents confidentiels, cette société n’avait ni actif ni objet social. Derrière, le Premier ministre Achi Patrick n’apparaissait pas non plus sur les documents officiels de cette société.

On apprend que c’est par l’intermédiaire d’un spécialiste basé à Londres que Patrick Achi est parvenu à ce stratagème. Qui en 2006, lui a permis de transférer la gestion de sa société au cabinet d’avocats Aleman Cordero, Galindo et Lee ( Alcogal). Les journalistes qui ont voulu en savoir un peu plus avec cette société se sont heurtés à un mur de silence, indiquent-ils dans leur enquête. Plusieurs autres responsables africains ainsi que des autorités européennes sont cités dans ce scandale. Lire l’intégralité de l’article en cliquant ici

 

laissez un commentaire