Il tabasse sa femme enceinte pour qu’elle avorte…et ça marche

Il frappe sa femme enceinte pour qu’elle avorte et elle fait une fausse couche

Un homme a comparu jeudi 21 décembre devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour des faits de violences conjugales.

Les faits se sont déroulés le 1er novembre à Clichy, dans les Hauts-de-Seine. Ce jour là, la jeune femme a annoncé à son compagnon qu’elle était enceinte. Fou de rage, l’homme a emmené de force sa compagne à l’hôpital pour qu’elle se fasse avorter.

Durant le trajet en voiture, le prévenu a ouvert la boite à gants et lui a montré une boite de cartouche d’arme à feu, en guise de menace.

Dans le bureau de la gynécologue, l’homme a déclaré qu’il venait pour un avortement. Sauf que la victime a montré d’un signe de la tête son désaccord.

Le ton est rapidement monté, le mari lui a asséné une violente gifle et l’a plaqué contre le mur. La gynécologue mettra fin à l’agression en virant l’homme de l’hôpital.

Le 24 novembre, l’agresseur a fait irruption chez la victime en forçant la porte d’entrée. Il l’a frappée et menacée de mort avec un cutter. Après elle a reçu des menaces venant de proche de son compagnon.

« Ils me menacent au téléphone, menacent mon fils et ma sœur pour que je retire ma plainte » a expliqué la jeune femme à la barre du Tribunal en montrant des hommes assis dans la salle comme spectateurs.

A la mi-décembre, la jeune femme, déjà maman d’un enfant de 12 ans, a subi une fausse couche probablement provoquée par les violences de son compagnon.

Le prévenu a été condamné à 15 mois de prison dont 5 mois ferme.