Le 23 juin consacre le rejet des Wade et…la victoire d’un peuple

Lutte pour le triomphe de la démocratie : Que reste-t-il du 23 juin 2011 ?

23 juin 2011 – 23 juin 2020.  Il y a neuf ans, jour pour jour, la démocratie triomphait à nouveau au Sénégal. Uni et debout, le peuple sénégalais venait de barrer la route à un projet de loi qui s’il était voté ce jour-là par l’Assemblée nationale, allait permettre à un régime éclaboussé par la mal gouvernance de poursuivre son règne au Sénégal, en remportant l’élection présidentielle qui se tenait en février 2012, avec la suppression du quart bloquant. Un projet de loi qui allait également ouvrir la porte à la dévolution monarchique du pouvoir, avec l’élection d’un ticket présidentiel (Président, vice-Président).

Ce jour-là, le 23 juin 2011, le peuple sénégalais avait investi les rues, pris d’assaut les alentours de l’Assemblée nationale et fait échouer un projet qui était un recul de la démocratie au Sénégal. Le 23 juin 2011 est inscrit dans les annales de l’histoire, car étant la date de départ d’un long combat ayant pris fin en mars 2012 avec l’élection de Macky Sall face au Président sortant Me Abdoulaye Wade, à l’issue du second tour de la présidentielle. Une mobilisation entamée le 23 juin 2011 et qui s’est donc poursuivie jusqu’à mars 2012.

Une mobilisation que des membres de l’opposition, des activistes auraient bien voulu voir être réitérée dans leur combat actuel contre le Président de la République Macky Sall. L’on feint d’oublier que le 23 juin 2012, le peuple s’était mobilisé pour le triomphe de la démocratie et non pour des considérations politico-politiciennes.

En politique, tous les coups semblent permis, la fin justifiant parfois les moyens. Face à l’opposition, pourtant Macky Sall leur démontre pourtant à chaque fois, que de besoin, qu’il reste un politicien redoutable. Malgré quelques voix par-ci, par-là, l’opposition est comme si elle avait été « congelée » par Macky Sall qui n’a parfois en face de lui que quelques activistes pour se dresser devant lui.

La rédaction de Xibaaru