Ultimate magazine theme for WordPress.

Le combat Macky et Sonko s’aggrave…Après les complots, voici les disparitions inquiétantes

Le président Macky Sall (à gauche) et l'opposant Ousmane Sonko (à droite)
0

Liquidation, complots, assassinats…Macky et Sonko mettent à bas la République

Le Sénégal est en train de perdre ses lettres de noblesse. Notre pays est un modèle démocratique à travers le monde. Malheureusement, il commence à perdre toutes les valeurs qui faisaient de lui le pays de la Teranga. Deux leaders politiques ont fait dévier le Sénégal de son chemin. Le président Macky Sall et Ousmane Sonko sont devenus les principaux maux qui gangrènent le pays. Depuis leur venue sur la scène politique, le quotidien est devenu tout autre. Leur politique pourrit la vie aux sénégalais.

La politique sous Macky Sall est différente de ce qu’elle était au temps de Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf ou Abdoulaye Wade. A cette époque, le pouvoir s’obtenait par le verdict des urnes. Le président au pouvoir ne muselait pas ces adversaires ni la presse. Mais depuis la venue du président Sall, les choses ont complètement changé. C’est sous le régime actuel que les sénégalais ont connu la notion de liquidation d’adversaires politiques. Karim Wade et Khalifa Sall ont rendu célèbre ce concept…

sonko
Khalifa Sall (à gauche) et Karim Wade

Accusés de détournement, Karim et Khalifa ont fait un séjour en prison avant d’être graciés par le Président Macky Sall. Ce séjour carcéral était une manière, selon leurs militants, d’éliminer des candidats présidentiables. Depuis lors, de l’eau a coulé sous les ponts mais le mal demeure. Avec l’avènement du leader du Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) la « liquidation » change de nom et devient « complot ».

Accusé de viol et menaces de morts, Ousmane Sonko et ses partisans crient au complot. « Je réfute toute idée de viol sur cette masseuse. C’est un complot politique. C’est une lâche cabale aussi lâche que son commanditaire Macky Sall », avait déclaré le maire de Ziguinchor au lendemain de ces accusations. Et Sonko continue de crier au complot

Après son audition chez le doyen des juges, il a promis la prison à toutes les personnes qui seraient mêlées à ce « complot ». Et s’il ne parle pas de complot, il sort la théorie de l’assassinat à son encontre…

Ousmane Sonko et les siens ont, à maintes reprises, accusé le pouvoir en place de vouloir attenter à la vie du patriote en chef. La disparition des deux agents du renseignement a remis sur la table cette mentalité négative des patriotes. Selon certains partisans de Sonko, l’Etat aurait enlevé et éliminé ces deux agents très entraînés. Quoiqu’il en soit, l’avenir nous édifiera sur cette nouvelle affaire qui secoue le pays.

sonkoMais le chef de l’Etat n’a pas le droit de faire comme son adversaire. Garant de la Constitution, le Président est le seul responsable de ce mal qui ronge la République. Si Sonko ne respecte ni la justice ni les forces de défense et de sécurité, c’est parce que Macky Sall a fait d’eux ses bras armés. La Police et la Gendarmerie sont utilisées pour mater. Une bonne partie des juges et magistrats sont aux ordres du locataire du Palais. Ils n’hésitent pas à envoyer à la chambre zéro étoile toute personne hostile au régime.

Avec ces théories complotistes, Sonko est en train de « tuer » la République sans s’en rendre compte. En utilisant les leviers de la République pour contrer les assauts du leader de Pastef, le chef de l’Etat contribue à cette destruction. Ces idées nouvelles risquent de mener le pays à sa perte. Avec la situation sécuritaire tendue dans la sous-région, le Sénégal n’a pas besoin qu’une rivalité politique mette le pays à feu et à sang.

La République est au-dessus de Macky Sall et Ousmane Sonko. Le Sénégal est resté débout depuis son accession à l’indépendance. Ce ne sont pas deux leaders, en perte de notoriété, qui le mettront à terre. Tous les fractionnistes seront mis à nu au grand jour. Liquidation politique, Complots, disparitions, enlèvements, emprisonnement, assassinats, sont des concepts nouveaux qui ne devraient pas saper l’unité. Le Sénégal est une grande République qui a toujours élu ses dirigeants. Ce n’est pas en 2024 que les choses vont changer.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire