Le corps de l’enseignant arabe pédophile passe par la Mosquée où il violait les enfants

Un enseignant arabe pédophile reconnu coupable et décédé en prison, aura ses funérailles dans la même mosquée où il a abusé de’ ses jeunes victimes.

Mohammed Sadiq, 83 ans, enseignant en arabe dans une mosquée de Cyncoed à Cardiff en Grande Bretagne, a été condamné à 13 ans à la prison de Bridgend, en 2017 après avoir été reconnu coupable de six chefs d’attentat à la pudeur et de huit chefs d’agression sexuelle sur un enfant de moins de 13 ans.

Cependant, l’enseignant en disgrâce, qui a ciblé des filles durant ses cours de religion à la mosquée de Médine à Cardiff entre 1996 et 2006, va maintenant avoir  ses funérailles dans la même mosquée après une demande de sa famille.

Un fidèle a critiqué la décision d’organiser les funérailles à la mosquée et a déclaré: « Je pense que la direction aurait dû réfléchir avant d’autoriser les funérailles d’un pédophile condamné où il a commis ses crimes odieux. Je me demande ce que ressentiront les victimes, qui sont membres de cette communauté. Je pense que le grand public devrait être au courant de ce qui se passe. »

Au cours de son procès, le tribunal a entendu comment Sadiq toucherait ses victimes sur leurs seins et leurs parties intimes et aurait couché avec une fille face contre terre sur ses genoux.

Sa peine a ensuite été ramenée à neuf ans en appel, mais un appel contre sa condamnation a été rejeté.

En 2017, le juge Stephen Hopkins QC a déclaré à Sadiq : «  Vous ne l’avez pas fait et vous ne montrez toujours aucun remords pour ce que vous avez fait.

« Vous semblez n’avoir aucune compréhension du mal et de l’humiliation que vous avez infligés à quatre jeunes enfants, comme ils l’étaient. »

Dans une interview au moment de son procès, l’une de ses victimes, qui ne peut être nommée pour des raisons juridiques, a déclaré : « C’est vraiment très triste. Je n’aime pas vraiment revenir sur mon enfance parce que la plupart du temps j’étais plutôt déprimé et j’avais des sentiments négatifs la plupart du temps.