Les ministres de Macky qui font du « maatey » (je m’en fous)

Les ministres de la Justice Malick Sall (à gauche) et Abdou Karim Sall (à droite)

Poursuite de l’impunité : Quand des ministres perpétuent le règne du « je m’en fous »

Le règne du « maatey » (je m’en fous) devient une règle au Sénégal. Cité dans une affaire qui ne l’honore guère et qui aurait valu sa démission du gouvernement, à défaut de son limogeage, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall se met à narguer les Sénégalais. Les conditions à travers lesquelles, six gazelles oryx ont été transférées de la réserve naturelle de Ranérou à la ferme privée du ministre de l’Environnement et du Développement durable, sont plus que douteuses, mais aussi méprisantes. Deux de ces gazelles ont été déclarées mortes durant le transfert.

L’affaire a ému aussi bien au plan national qu’au sein de l’opinion internationale. A la place de sa démission ou de son limogeage, en attendant que toute la lumière soit faite, Abdou Karim Sall a choisi d’afficher tout son mépris et son « maatey ». « Tous ceux qui veulent ouvrir une enquête sont libres de le faire, moi je sais que je n’ai rien à me reprocher ; je suis droit dans mes bottes et cette situation ne m’ébranle pas. Je n’ai pas fait quelque chose d’irrégulier et je suis dans la protection des espèces comme le veut la mission qui m’a été confiée et c’est dans cette préservation de ces espèces là que le transfert a été fait ».

Une attitude de provocation et qui démontre à souhait l’entêtement dont fait preuve le ministre qui ne se gênerait sans doute à récidiver.

L’ancien Président de la République Me Abdoulaye Wade s’émeut à un tel point de cette affaire qu’il a décidé de porter plainte contre Abdou Karim Sall. D’autres organisations politiques, de la société civile vont en faire de même, l’affaire est grave. Et, ce qui indigne, c’est cet entêtement du ministre qui ne manifeste aucun regret dans ce transfert d’antilopes oryx dont deux ont été mortes lors de l’opération.

Au lieu d’en tirer toutes les leçons ainsi que les conséquences, le ministre qui s’entête et affiche son mépris à l’endroit des Sénégalais, active ses partisans qui voient derrière les scandales qui entachent la conduite du ministre, les mains « d’adversaires encagoulés » qui gardent toujours bon dos en la circonstance.

Que dire aussi du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Malick Sall ? A cause de son entêtement et son refus d’ouvrir toutes négociations avec le Syndicat des travailleurs de la Justice, le système judiciaire marche depuis des semaines au ralenti au Sénégal.

Comme, c’est devenu un disque, malheureusement pour eux, rayé, ce sont des farfelus qui se présentent en soutien du ministre de la Justice pour parler de cabale. De quelle cabale ? Sauf que face à des revendications des travailleurs de la justice, le ministre a choisi de fermer la porte du dialogue. Qu’il s’en prenne à lui-même !

Bon Dieu ! Au Sénégal, des ministres s’entêtent dans leur volonté de créer des scandales, de paralyser tout un système, car se disant « intouchables » se mettent à provoquer le peuple sénégalais qu’ils croient dupe, en sortant à chaque fois cette rengaine que ce sont des « adversaires encagoulés » qui leur veulent toutes sortes de mal.

La rédaction de Xibaaru