Macky décime l’APR de ses « balèzes » et « baleine »

Qui dans l’APR peut-il valablement être un bon chef, un bon numéro deux ou encore un bon candidat après Macky ?

APR : Le désert, après Macky Sall

Derrière le Président de la République Macky Sall, il n’y a plus personne à l’Alliance pour la République (APR) pour prétendre le remplacer. La question brûle les lèvres de tous les observateurs. Qui à l’APR pour prétendre être le bon chef, le bon numéro 2, celui qui présente le profil pour être le bon candidat après Macky Sall ? En réalité, les plus perspicaces auront beau se gratter la tête, ils n’en trouveront aucun. Aucun, pour avoir cette baraka.

A force de céder aux caprices des faucons du Palais, de leur prêter ses oreilles, le Président de la République Macky a fini par « tuer » tous les poids lourds, de son parti, de son équipe. La « baleine » de l’APR, Aminata Touré, les « balèzes » de l’APR, Mohammad Boune Abdallah Dionne, Amadou Ba, Mouhamadou Makhtar Cissé, Me Oumar Youm et Aly Ngouille Ndiaye, cités comme présidentiables, font tous les frais des faucons du Palais, après avoir été écartés. « Qui les rend si hardis, d’être présidentiables ? », prétendent les faucons.

Ces derniers aiment toujours avoir à leurs portées, aux commandes des hommes qu’ils pourront toujours contrôler afin de pouvoir toujours préserver leurs privilèges. Car, eux-mêmes n’ont ni la dimension, ni la carrure de prétendre diriger le plus petit village ou le plus petit quartier du Sénégal. Peuvent-ils même gérer les boutons de leurs propres chemises ?

Voilà pourquoi, ils deviennent comploteurs devant l’Eternel. Leur seule chance de survenir politiquement. S’étant débarrassé des principaux ténors de son parti, Macky Sall a fait le vide dans son entourage, pour se retrouver avec le « faucon malade » Mahmout Saleh, le fauconneau déçu de n’avoir pas été réintégré dans le gouvernement Mame Mbaye Niang, l’apolitique Oumar Demba Ba, les autres insignifiants de l’APR, Mbaye Ndiaye et Marième Badiane.

Les faucons ont réussi à obtenir des privilèges, mais jamais ils ne pourront parvenir à leurs fins. Ils n’ont ni la dimension intellectuelle, ni la crédibilité pour occuper un département ministériel plein, à plus forte raison que de se placer dans la peau d’un dauphin du Chef de l’Etat Macky Sall. Finalement, le Président de la République Macky Sall doit chercher ailleurs qu’à l’APR pour se trouver un successeur.

La rédaction de Xibaaru