Ultimate magazine theme for WordPress.

Macky perd le contrôle…Il lâche Sonko et traque la presse

2

La rivalité entre Macky Sall et Ousmane Sonko est en train de prendre des proportions assez inquiétantes. Le chef de l’Etat veut à tout prix éliminer le leader du parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). Pour en finir avant la présidentielle de 2024, il a lancé la traque des pro-Sonko. Mais le pouvoir est en train de perdre le Nord. Au lieu de s’attaquer au véritable problème, le Président et ses ministres traquent les journalistes.

Les scandales sont devenus monnaie courante sous le régime de Macky Sall. Il ne se passe plus un seul jour sans que la presse ne fasse état d’un scandale qui éclabousse l’entourage du chef de l’Etat. Ministres, DG, députés et membres de la famille présidentielle sont, le plus souvent, les coupables. Les derniers d’une longue série sont le contrat d’armement de 45 milliards qui éclaboussent Abdou Karim Sall et Abdoulaye Daouda Diallo. Et la fuite d’un document confidentiel de la gendarmerie.

macky
Le journaliste Pape Alé Niang, administrateur du site Dakarmatin

La presse est en train de payer un lourd tribut sur ces deux derniers scandales. En effet, le rapport qui a fuité met la gendarmerie au cœur d’un complot ourdi pour « liquider » l’opposant politique Ousmane Sonko. Depuis lors, le gouvernement tente de mettre la main sur la taupe. Une véritable traque est lancée. Une traque qui a envoyé le journaliste Pape Alé Niang en prison. Mais cette affaire de PV va au-delà du journaliste. Si Macky et ses ministres cherchent un coupable, il devrait aller interroger le maire de Ziguinchor…

Lors de sa conférence de post-audition, c’est lui le premier à parler de ce rapport. Mieux, Ousmane Sonko a exhibé le document (voir photo) face aux caméras. Alors, si la gendarmerie cherche des réponses concernant ce fameux rapport, il devrait commencer par aller cueillir Sonko qui a brandi ledit document en public. Mais depuis mars 2021, le pouvoir manifeste une peur bleue quand il s’agit du présumé bourreau d’Adji Sarr. Alors pour combler cette peur, Macky tente de déstabiliser le PROS (Président Ousmane Sonko).

Cette couardise du régime envers Ousmane Sonko le mènera à sa perte. Le leader de Pastef est, aujourd’hui, plus renseigné que le Président de la République. Du haut de son salon, Sonko a réussi à mettre la main sur tous les scandales qui gangrènent le régime de Macky Sall. Mais cet homme est tellement «puissant» qu’on ose pas lui demander la source de ses renseignements. Macky et ses hommes attendent que la presse relaye les informations pour s’en prendre aux journalistes.

Ces informations exposées au grand public démontrent clairement que Macky Sall est sur la sellette. Son régime est finissant au point que tout ce qui était caché ne l’est plus. Tant que le gouvernement n’aura pas le courage d’interpeller Sonko, il ne saura jamais d’où vient ce rapport, de la même manière qu’il ne saura jamais d’où proviennent les autres éléments qui étaient cachés au sénégalais. Mettre Pape Alé en prison ne pourra pas arrêter cette saignée au cœur du renseignement sénégalais.

mackyMacky Sall est tellement perdu avec son troisième mandat qu’il ne mesure pas le degré d’infiltration des patriotes dans l’administration. Ce parti a réussi à se placer à tous les niveaux pour faire le maximum de dégâts dans le jardin présidentiel. Au moment où Macky traque les journalistes pour les empêcher de faire leur travail, Sonko continue de se renseigner sur lui. Et grâce à la magie du clic, il met à nu les scandales. On comprend, désormais, pourquoi le chef de l’Etat veut mettre la main sur les réseaux sociaux.

Mais quoiqu’il en soit, la liberté de la presse ne saurait être négociée. Si Macky Sall et Ousmane Sonko ont des contentieux à régler, qu’ils le fassent sur le terrain politique et laissent les journalistes faire leur travail. En bon professionnels des médias, tous les confrères et consœurs devraient, aussi, éviter d’être les bras armés de certains politiques qui ne sont mus que par leurs intérêts.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)