Ultimate magazine theme for WordPress.

Malick Sall à la tête du Cos-Pétrogaz…Adama Gaye alerte

0
Hydrocarbures : URGENCE…Par Adama Gaye
Prologue: Puisque le combat contre ce pouvoir, qui assassine les derniers espoirs du pays, prêts à y mettre le feu, quitte à déclencher une guerre ethnique, est parti pour être incandescent, je me vois obligé de vous inviter, vous, qui me lisez, surtout les compatriotes de la Diaspora, à mettre la main à la poche, pour que cette lutte puisse être portée à son summum, jusqu’au triomphe -vaincre ou périr, tel est l’enjeu pour toute la communauté Sénégalaise. Les combats politiques se mènent avec l’argent du peuple, sauf à vouloir les voir s’éteindre au profit des usurpateurs ayant pris notre pays en otage.
Milouche, pyromane, en goguette…
Le feu ne couve plus. Il explose. Le Sénégal est dans la fournaise.
Le doute n’est plus permis après la réunion hier du premier Conseil des ministres consécutif aux dernières élections législatives, du 31 Juillet.
Quiconque s’attendait à une prise en charge du vote, majoritairement adverse, infligé au régime en place, ne peut plus douter de son autisme, il est dans une logique va-t’en guerre contre les fondements nationaux.
Revisitons quelques-unes de ses conclusions. Aucune femme ne figure dans la fournée et l’exubérante touche ethniciste, comme pour accélérer la descente du Sénégal vers la fin de son harmonie sociale, et, enfin, à la tour de contrôle de l’aéroport national, l’éléphant à peine sorti de sa mission de démolition de la porcelaine nationale à la Justice.
Passons, une fois encore, sur les fautes de français contenues dans le communiqué du Conseil des Ministres, signé par le charmeur de serpents, Abdou Karim Fofana.
Ignorons les promesses de nouvelles tournées « d’écoute », signe d’une impuissance souveraine.
Rions, franchement, puisqu’une telle occasion ne se rate pas dans ce contexte de désespoir, du retour des « foureuls émergents », ces conseils de ministres décentralisés, comme naguère, pour, encore, amuser la galerie, provoquer un mboubaay au milieu du ndool, la misère généralisée.
Et, en point d’orgue, réfléchissons ensemble sur les dessous du blanchiment politique qu’il propose afin, sous prétexte de restaurer les droits judiciairement restreints de compatriotes connus, s’y faufiler, dans le seul but de pouvoir sauver sa peau de ce rouleau compresseur lancé à ses trousses de voleur émérite, invité à rendre compte, dans un avenir désormais imminent.
En un mot, comme en mille, dans une atmosphère d’anomie générale, Hobbesienne, où l’homme est devenu un loup pour son prochain, dans l’insécurité et la faim, la précarité, voir l’amateurisme et le filoutage prendre les rênes du Sénégal donne des sueurs froides.
C’est le triste, tragique, terrible sentiment qui se dégage à mesure que le régime en place, cerné de toutes parts, n’a plus que ses gesticulations et errements, ses ruses, pour faire passer l’angoisse qui étreint la gorge d’un peuple ayant perdu la joie de vivre qui fut, jusqu’à une date récente, sa principale caractéristique.
C’est qu’il y a péril en vue, accentué par le tâtonnement total aux centres nerveux d’un Etat frappé d’un mal incurable entré dans une phase terminale.
C’est à cette aune que s’analyse le fait qu’hier, dans ce Sénégal où la gente féminine compte les meilleures élites professionnelles, pas un seul nom en émanant n’a été entendu dans la nomenclature, profondément pulharisée, des promus!
Ne pinaillons cependant pas, malgré cette omission majeure, ou la pression des prix sur les loyers ou les denrées de première nécessité, compte non tenu d’un chômage qui tue à perte de vue tout espoir.
Contentons-nous de mettre le doigt sur ce qui symbolise le plus flagramment cette marche vers l’abîme, si proche, que Macky Sall, le plus incapable dirigeant à avoir hanté les terres du continent, continue avec hardiesse, étourdi, d’engager, en y entraînant toute la nation:. Nul ne doute qu’il s’agit de la désignation à la tête de la tour de contrôle des hydrocarbures du pays de Malick Sall,
Milouche, qui n’est autre que l’homme qui s’est distingué par sa destruction, du fait de son incompétence, du secteur qu’il est sensé le plus connaître, celui de la Justice.
Un bref rappel historique s’impose. En 2019, brutalement exposé par un reportage de la BBC sur les crimes qu’il a commis sur les hydrocarbures, dont il ne fut pas loin de m’imputer l’initiative, le maître des deals ayant vendangé les précieuses ressources découvertes dans les eaux et le sol nationaux, avait réagi à sa manière habituelle.
C’est, dans sa réactivité d’ignare, qu’il décida d’inventer donc un nouveau…sigle-slogan. Le Cos-Pétrogaz venait de naître.
A grands renforts de verbiages, Macky Sall s’en alla sur tous les toits affirmer que cette instance, déclinée en Comité d’orientation stratégique-Pétrole et Gaz, allait être l’instance suprême de régulation des deux industries jumelles.
Même les moins averti (e) s ne s’y trompèrent pas, qui notèrent aussitôt que revenait en surface la fable du médecin après une mort déjà actée puisque tout le monde savait qu’il ne restait plus rien de cette rente, la capture des blocs d’hydrocarbures par ses hordes affamées, dirigées par le criminel frère, Aliou, ayant été consommée.
Le Cos-Petrogaz s’ajoutait à un autre « machin » de diversion: l’adhésion du Sénégal à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), que le monde Occidental, dans sa volonté de contrôler les ressources naturelles des pays africains, avait mis à jour, au début de ce siècle.
Qu’on s’entende bien: l’Itie est sans doute un gadget mais moins destructeur de souveraineté, puisqu’elle se résume à sortir des rapports annuels à seule fin de maquiller la transparence dans la gestion des ressources naturelles. Loin s’en faut pour ce qui est du Cos-Petrogaz.
Nous sommes ici au cœur de la tour de contrôle des hydrocarbures. Comme les contrôleurs du ciel, pour la supervision et l’orientation des avions, conditions essentielles pour empêcher les crashs, quiconque se trouve dans le cockpit du Cos-Petrogaz a une responsabilité historique, d’effets immédiats, sur le destin des mannes pétrolières et gazières de notre pays, promises à être, pensent les doctes experts, les principales mamelles nourricières de l’économie nationale.
On peut tout dire de l’homme qui, jusqu’à hier, en tenait les manettes mais force est d’admettre que, diplômé de la prestigieuse école des Mines, ancien directeur général de Petrosen, la compagnie nationale des hydrocarbures, personne ne pouvait douter de la capacité technique d’Ousmane Ndiaye d’en être, si l’on ose dire, un bon fermier.
Quid alors de son successeur? En désignant Malick Sall, faussaire au long cours, sans doute traqué dans les juridictions les plus importantes au monde, Macky Sall a commis la plus grosse bourde quant à l’avenir économique de notre pays.
La question des hydrocarbures relève d’une industrie à haute technicité, fondée sur une intensité des capitaux, peu créatrice d’emplois.
Ce n’est pas un domaine où l’on apprend sur le tas. Surtout à ce tournant crucial de l’économie mondiale contrainte d’aller vers la décarbonation, l’énergie verte, l’enterrement inéluctable des fossiles…
Ce ne sont pas les grands cris d’orfraies pour faire accroire que le Sénégal est un grand producteur en puissance qui y changeront grand-chose, ni la résistance à l’élimination programmée des énergies fossiles. Encore moins les mensonges pour faire passer notre pays comme un potentiel sauveteur des pays Européens menacés par les restrictions Russes dans leurs approvisionnements en gaz.
C’est faux. Nos ressources sont limitées. Ne nous laissons pas berner par les chiffres à milliards de mètres cubes de gaz ou les déclinaisons arithmétiques sur nos ressources en pétrole.
Au plus, sommes-nous un peu à l’abri pour en retirer quelques maigres royalties (puisqu’encore une fois, nous n’en sommes plus les propriétaires) ou nous doter de capacités pétrochimiques ou de génération d’électricité domestique par des centrales à gaz. Ce n’est là cependant qu’une illusion passagère.
L’avenir est plus sombre. Parce que malgré les tensions dans la distribution de l’énergie, surtout celle de transition qu’est le gaz, en raison du choc géopolitique né sur les flancs de la guerre en Ukraine, le monde n’a plus de marge de manœuvre s’il veut éviter l’apocalypse qui s’approche.
L’alternative est rêche: se soustraire de la dépendance des énergies fossiles, aller vers le 1, 5 degrés Celsius dans le niveau de réchauffement climatique, ou sombrer.
Pire que l’effet des bombes nucléaires qui menacent de nous tomber dessus depuis les centrales Russo-Ukrainiennes, nous sommes face à la perspective d’une vie terrestre anéantie par les gaz à effets de serre, si la question climatique n’est pas sérieusement réglée notamment par une conversion vers des énergies vertes.
Or, c’est à ce stade extrêmement aigu, tendu, de la conjoncture internationale, alors qu’il faut miser sur des mains sûres, des connaisseurs, voilà que tout ce que Macky Sall trouve comme idée est d’aller sortir de ses pénates, de sa pénitence pour incompétence, un type qu’il avait envoyé, congédié, sans ménagements, il y a à peine une dizaine de jours.
C’est vers lui qu’il se tourne pour affronter le défi le plus lourd du 21ème siècle. Pour lui demander de s’occuper de ces problématiques qui, manifestement, dépassent sa capacité de compréhension voire d’abstraction.
On peut, dès lors, s’attendre à une furie de mauvais choix, d’erreurs, de faux pas.
Quel suicide! D’ici trente-ans, l’industrie pétro-gazière est appelée à remodeler la contexture de l’économie nationale, comme ce fut le cas dans d’autres pays, notamment l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Qatar, le Venezuela, l’Indonésie, le Mexique, la Norvège, l’Angleterre, l’URSS-Russie, les Emirats Arabes Unis.
Dans certains de ces pays, la bénédiction des ressources a permis une évolution vertueuse vers une prospérité partagée et gérée parcimonieusement. Dans beaucoup d’autres, surtout en Afrique (mais aussi au Venezuela, pays le plus richement doté en la matière), les hydrocarbures ont signifié une lente et irrémédiable descente aux enfers, dans la guerre, la course aux rentes, la corruption, l’enlisement socio-économique.
La maladie hollandaise a fait le reste par une appréciation des devises locales, une inflation insoutenable et l’éviction de secteurs hors hydrocarbures.
Dans ces conditions où l’on doit gouverner au plus serré, avec dextérité, toute erreur est fatale. L’amateurisme n’est pas ici une hypothèse acceptable.
Mais que voulez-vous: dans ce pays où l’homme qui a été porté à la primature, en l’occurrence Amadou Bâttu, s’est permis de lancer des emprunts obligataires en dollars à des taux variables, qui sont revenus hanter les nuits du pouvoir, qui peut douter qu’un Milouche, qui n’y connaît rien, viendra démolir ce qui reste d’espoir à la nation?
Le Sénégal vit en fast-rack. Sa malédiction s’accélère…Depuis la tour de contrôle des hydrocarbures, un charlatan est, désormais, aux commandes. Milouche fera ici aussi très, très mal. Pauvres de nous!
Adama Gaye, exilé politique Sénégalais est titulaire d’un Master en Gestion internationale des hydrocarbures, délivré par l’Institut des Hautes Etudes Internationales de Genève, et d’un certificat en Energie de l’Institut International du Droit de Washington. Il a été Chercheur invité au Centre de Pétrole et Gaz de Dundee, en Ecosse.
laissez un commentaire