Mamadou Lamine Ba : « Nous sommes un tissu multicolore »

{Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur}. [Qur’aan 49: 13]

L’existence et le devenir d’une communauté est une volonté divine, doublée d’un effort constant dans l’autoréalisation. Pour nous qui croyons au destin, on peut s’accorder que ce qui est l’est par la volonté de Celui qui fait, sans demander un avis.

L’identité culturelle est donc une option divine. L’existence d’un « tribu » dépend de Dieu et d’elle-même. Les Juifs (si on en croit à la Shoa), qui ont souffert d’une tentative d’extermination, l’ont prouvé dans le temps et dans l’espace.

Ma conviction est que vivre son identité, s’affirmer (tout en sachant que d’autres identités existent à côté) est une forme de dévotion. Avoir des projets, nourrir des ambitions, surtout profitables aux populations d’une localité ou d’un pays.

Les traits, le teint, la langue et tout ce qui caractérise un être humain constituent des données divines et naturelles, auxquelles nous sommes profondément attachés. La preuve, nous déplorons la dépigmentation et la combattons même.

Chacun d’entre nous, de manière individuelle ou collective, a besoin des autres. Nous sommes tous obligés de composer avec les autres communautés. Notre environnement immédiat, nos interactions régulières ou temporaires, nos échanges l’exigent.

Ceux qui ne veulent pas voir les oiseaux voler, ils peuvent tout simplement éviter (de manière définitive) de lever les yeux vers le ciel. Ça leur évitera de souffrir de ce phénomène naturel. Personne ne pourra « compresser » une communauté et la charger de son « existence ».

La technicienne de surface Sérère, le vigile Manjacque, la traiteuse Diola, le chauffeur Peulh, le livreur Wolof, etc… illustrent parfaitement l’interdépendance des uns des autres dans notre pays, si on devait prendre l’exemple unique du Sénégal.

On a tous besoins des uns et des autres. La marche de l’histoire, les grands évènements anciens ou contemporains nous le démontrent. Il faut donc se mettre dans une posture de rassembleur. Il faut tenir un discours mobilisateur, dans un raisonnement cohérent.

La situation fragile et vulnérable de nos pays, notre sous-région et l’Afrique exige de notre part de « grands alliances ». Je ne fais que le rappeler, car nous le savons tous. Nous sommes tous un tissu fait de plusieurs couleurs. La source de notre beauté.

Mamadou Lamine BA, Journaliste Consultant en Médias et Communication