Moustapha Diakhaté : « Macky Sall…un Président absolutiste »

Moustapha Diakhaté et ses propos sur Macky
De la promesse d’une gouvernance démocratique à la servitude: Monsieur Macky Sall un Président absolutiste
Commençons par le dire : ce n’est pas de cette gouvernance autocratique et absolutiste dont avaient rêvé, pour le Sénégal, les acteurs des Assises nationales et de la deuxième alternance.
En plus de l’épidémie, le Sénégal vit des temps obscurs où la destruction des acquis de nos plus importantes luttes démocratiques est au coeur des pratiques absolutiste de notre Président, Monsieur Macky Sall.
Avec cette Loi scélérate, les garanties constitutionnelles, en matière de droits de l’homme, seront considérablement affaiblies par le maintien de leurs effets sans instaurer l’état d’urgence ou de l’état de siège sans autorisation de l’Assemblée nationale. Les autorités administratives et les forces de défense et de sécurité sont aussi habilitées désormais à mener des opérations de perquisition, d’arrestation sans contrôle judiciaire.
Il n’y a guère de doute que les mesures d’urgence vont être appliquées de façon systématique et discriminatoire par Monsieur Macky Sall contre ses opposants et autres activistes.
Avec ce nouveau régime liberticide, au lieu d’être fondées des preuves matérielles et des décisions des autorités judiciaires, des perquisitions basées uniquement sûr des soupçons peuvent être menées par les gouverneurs, Préfets et forces de défense et de sécurité.
Au-delà de la lutte contre la propagation du coronavirus, le nouveau régime d’urgence va être utilisé pour justifier la restriction de la liberté de mouvement, de réunion, d’association et d’expression au sein de la société. Les opposants, activistes, droits de l’hommistes, groupes de solidarité envers des victimes de spoliations foncières, les syndicalistes, les travailleurs et d’autres acteurs et mouvements de la société civile seront désormais empêchés d’exercer leur droit constitutionnel de protester en vertu des mesures prétendument d’urgence. Par ailleurs, le fait que l’état d’urgence ait été prolongé instauré plusieurs fois, alors que la propagation du virus continue à s’accélérer soulève des questions concernant la justification du nouveau régime d’urgence sanitaire de protection des populations.
Au lieu de permettre de faire face à la menace du coronavirus, l’état d’urgence sanitaire va servir de prétexte fallacieux pour restreindre les normes fondamentales en matière de droits de l’homme.
Au moment où le Président de la République annonce la promulgation de la nouvelle Loi, les populations doivent être vigilantes et surveiller de près les pouvoirs qui sont octroyés à l’exécutif.
L’histoire a montré que les mesures prises dans le cadre d’urgence tendent à perdurer, entrainant de graves répercussions sur l’exercice des droits humains et le maintien de l’Etat de droit.
Il faut rappeler l’illégalité des arrêtés des gouverneurs de Dakar et Thiès instaurant le couvre-feu et interdisant la libre circulation des biens et des personnes
Aucune loi de la République ne donne le pouvoir à un gouverneur de région les compétences d’interdire la circulation des personnes et des biens, de 21h à 5h du matin.
Dans le communiqué du Ministre, Porte-parole, le président de République y déclare « maintenir le couvre-feu de 21 heures à 5 heures » soit 24 heures après les arrêtés des gouverneurs. De plus, il n’y a pas encore de délégation présidentiel aux gouverneurs et préfets dans le cadre du nouveau régime d’exception de la Loi nº2021-18.
Face à ces dérives, les démocrates du Sénégal doivent s’unir, dans leur diversité, pour combattre les dérives liberticides du Président Macky SALL. Il urge de se rassembler et d’engager l’action sur les plans social et politique pour protéger, consolider la démocratie et l’Etat de droit démocratique.
C’est à ces conditions qu’émergera le nouveau Sénégal promu par les assises nationales. Seule un large rassemblement et une forte mobilisation pourra sauver la République, la Démocratie, l’état de droit démocratique et permettre l’émancipation de notre peuple par son œuvre propre.
Vive la République !
Vive le Sénégal !

 

Moustapha Diakhaté