Paris…Un réseau nigérian prostitue une fille de 10 ans

Gift a 9 ans lorsqu’elle perd ses parents. Une des clientes du salon de coiffure au Nigeria où cette fillette rend de menus services lui propose de rejoindre sa fille installée en France. Officiellement pour travailler dans le monde de la coiffure. Au prix d’un périple éprouvant au cours duquel elle explique avoir échappé à une tentative de viol en Libye, la petite orpheline arrive à Paris en 2014. La promesse de salon de coiffure est évidemment une illusion : âgée de 10 ans à peine, Gift est enrôlée dans un réseau de prostitution nigériane.

Six personnes soupçonnées d’avoir participé à deux réseaux parallèles actifs en Ile-de-France, à Rouen (Seine-Maritime) et à Lille (Nord) comparaissent à partir de lundi devant la cour d’assises de Paris. Parmi elles, trois femmes – dont « Angel », celle qui a fait venir Gift – seront jugées pour traite d’être humain en bande organisée, un crime passible de 20 ans de prison. Une dizaine de victimes ont été recensées.

«Maraboutée» avant son départ pour la France

Avant de partir, comme toutes les victimes de cette forme de proxénétisme dont les tribunaux français ont désormais l’habitude, Gift a été soumise à une séance de « juju ». C’est-à-dire une cérémonie « religieuse » de conditionnement : dénudée, recouverte d’une poudre noire, la fillette a été contrainte de manger le foie d’un poulain et de boire de l’alcool. Objectif d’une telle séance de maraboutage : menacer la victime des pires malheurs (mort ou maladie) si elle ne rembourse pas la dette de son voyage. Pour Gift, le prix a été fixé à 40 000 €, une somme évidemment très supérieure au coût de son trajet.

Selon ses dires, la fillette, dont le courage a permis le démantèlement de ces deux réseaux en dénonçant les faits à la police, effectuait une vingtaine de passes par nuit, au Bois de Vincennes ou rue St-Denis. Chaque jour elle devait remettre 600 euros à « Angel » et le dimanche 1 000 euros. Sans compter les 650 euros mensuels pour l’hébergement dans un pavillon de Goussainville (Val d’Oise) où elle partageait une chambre avec trois autres filles dans la même situation qu’elle.

En cas de non-paiement elle était battue à coups de ceintures. Comble du sordide, l’âge de Gift était semble-t-il un atout. « J’ai fait beaucoup d’argent pendant cette période parce que je suis très jeune et tout le monde veut me prendre moi », a-t-elle confié à la juge d’instruction. Selon l’expert psychologue, elle présente des symptômes post-traumatiques à caractère sexuel.

«On est face à un réseau parfaitement rodé»

Interpellée en janvier 2016 et écrouée depuis, « Angel » -Queen de son vrai nom- a fini par reconnaître les faits tout en minimisant sa responsabilité. Lors d’une confrontation, elle a demandé pardon à Gift. Comme la plupart des proxénètes nigérianes, « Angel » est elle-même une ancienne prostituée qui a subi le même parcours que ses victimes. « Elle est dans la reproduction, mais elle n’a malheureusement aucun autre modèle, explique son avocate Me Stéphanie Le Roy. Au moment de son arrestation elle continuait à se prostituer et à rembourser sa dette. Elle était prise dans une fuite en avant. Mais ses excuses sont sincères. »

Depuis son témoignage, Gift a été placée en famille d’accueil. « L’âge de cette victime donne à ce procès une résonance particulière, développe Me Noémie Saidi-Cottier, qui représente l’association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE), partie civile. On est face à un réseau parfaitement rodé avec des groupes mafieux qui opèrent au Nigeria et en France. Ce n’est malheureusement pas un épiphénomène mais un système très organisé qui exploite désormais des filles de plus en plus jeunes. » Verdict le 6 décembre.